Test rapide

Fiat 500e - la nouvelle légèreté

Il ne faut pas prendre le titre au pied de la lettre, car la Fiat 500e est tout, mais pas une voiture légère. Mais elle apporte une toute autre qualité : Elle enlève à la mobilité électrique ce qu'elle a d'obtus et de crispé. Elle apporte des émotions totalement inédites à la caste des véhicules électriques.

Publié le 25.02.2022

La vue d'ensemble :

Pour :

- Un style superbe
- Détails soignés
- Démarrage joyeux

Contre :

- Qualité des matériaux pas toujours bonne
- Niveau de prix onéreux
- Efficacité inférieure à la moyenne à vitesse élevée

La Fiat 500 n'était rien de moins qu'un coup de génie pour les Italiens. Rongée par les crises successives depuis des décennies, elle a ramené le succès. Mais un grand groupe ne peut pas se contenter d'un seul modèle. Il s'en est suivi le mariage avec Chrysler aux Etats-Unis, qui s'est avéré très habile sur le plan tactique.

Maintenant, on s'est récemment placé sous le manteau du groupe Stellantis. Les fruits de cette nouvelle collaboration ne seront certes mûrs que dans quelques années, mais les signes avant-coureurs sont bons. D'ici là, c'est à nouveau la 500 qui doit s'en charger. Mais pour la première fois, elle est proposée dans une version entièrement nouvelle.

Design : la pièce de design est devenue encore plus chic

Le nouveau modèle est lui aussi indéniablement une 500. Certes, certains critiquent le fait que les différences sont trop petites, mais on peut les contredire. Car les stylistes ont vraiment fait du bon travail et ont mis sur les roues une évolution parfaite. Dans chaque détail, la Fiat 500e est plus fine, plus noble et plus gracieuse que son prédécesseur.

Et cela sans paraître ostentatoire ou prétentieux. Le schéma de l'enfant continue de fasciner l'observateur. Mais les détails ressemblent désormais plus à des Prada qu'à des Playmobil. Toutefois, l'honnêteté oblige à dire que de nombreux détails raffinés ont un coût supplémentaire.

Intérieur : détails raffinés, bon infodivertissement, finition laxiste

Dans une Fiat 500, il n'a jamais été question d'utiliser au mieux l'espace - du moins pas dans les modèles rétro des temps modernes. Au lieu de cela, la fonction suit souvent la forme, et la 500e ne déroge pas à la règle. Il n'y a pas de version quatre portes, ni de modularité particulière allant au-delà des sièges arrière rabattables. Mais ce n'est pas nécessaire.

L'attrait de la Fiat 500e réside dans sa joie de vivre. Elle offre une joyeuse mobilité pour deux, voire quatre si nécessaire. Pas plus, mais pas moins non plus. Au quotidien, on range de toute façon le panier à provisions sur le siège passager.

Et les petits enfants se réjouissent de l'arrière en forme de grotte. Tout comme le bon système d'infodivertissement, car la Fiat 500e a fait ses devoirs dans ce domaine. Un grand écran tactile de 10,25 pouces gâte avec des graphiques nets et un guidage par menu élégant. L'étendue des fonctions avec la connexion Smarthpone et les services en direct est également à la hauteur.

Technique : la Fiat 500e est une voiture électrique standard.

Le concept technique de la Fiat 500e est peu excitant. Ceux qui espéraient un moteur arrière et une propulsion de ce type seront déçus. Le moteur électrique travaille sagement sous le capot avant et entraîne également les roues qui s'y trouvent. La puissance de la voiture de test que nous avons conduite était de 118 ch, ce qui en fait le modèle haut de gamme.

Cette puissance élevée s'accompagne d'une grande batterie. Elle a une capacité de 42 kWh et permet ainsi une autonomie quotidienne d'environ 250 kilomètres dans des conditions mixtes. En été, lorsque le trafic urbain est important, la valeur est plus élevée, en hiver, sur l'autoroute, elle est plus faible.

Si on le souhaite, il est possible d'inverser un peu la tendance en sélectionnant le mode de conduite. En mode normal, la Fiat 500e se comporte comme une voiture normale. En mode Range-Setup, elle récupère si fortement qu'on n'a presque plus besoin de la pédale de frein. Le mode sherpa maximise le plus l'autonomie, mais limite la puissance et la vitesse à 80km/h maximum.

Dynamique de conduite : joyeuse, mais pas sportive

La Fiat 500e séduit avant tout par sa maniabilité. On dirait qu'elle est taillée sur mesure pour les heures de pointe à Rome. Elle démarre au quart de tour, son rayon de braquage est petit et sa maniabilité ludique.

La position basse du centre de gravité du Stromer, souvent citée, due au lourd pack de batteries, n'est cependant pas forcément un avantage. Certes, les mouvements de la carrosserie sont ainsi limités, mais le poids élevé a son prix. C'est pourquoi la 500e roule joyeusement, mais en aucun cas de manière sportive. Rien que les pneus à faible résistance au roulement et donc à faible adhérence mettent rapidement un terme à la dérive.

Confort de conduite : le voyage à ciel ouvert ne sera jamais assez long.

Côté confort, c'est tout de suite une autre histoire. En effet, la suspension généreusement dimensionnée en raison du poids de 1,5 tonne fait bien son travail. La Fiat 500e roule étonnamment facilement, même sur l'asphalte le plus défoncé.

En combinaison avec le chauffage qui réagit rapidement et le bon info-divertissement, elle marque de nombreux points dans le chapitre du confort. Toutefois, de nombreux détails raffinés ne sont disponibles que contre un supplément de prix. Et là, Fiat se montre très sûr de lui en matière de prix. Mais cela fait aussi partie de la tradition du néo-classique depuis longtemps.

Conclusion :

La Fiat 500e est une voiture électrique agréable et sans prétention. Elle ne veut pas faire la leçon au monde, mais en faire un lieu coloré et joyeux. Pour ce faire, elle met en œuvre les avantages de la conduite silencieuse et sans gaz d'échappement là où ils sont le plus efficaces : En ville. Elle ne devient toutefois une miniature noble qu'avec des options coûteuses. Il ne faut donc pas économiser si l'on veut conduire une 500 vraiment chic.

Données techniques :

Modèle : Fiat 500e (42kWh)
Moteur : moteur électrique
Puissance : 87 kW /118 ch
Couple : 220 Nm
Propulsion : traction avant, boîte de réduction d'entrée
Consommation combinée (WLTP) : 14,9 kWh/100km
Émissions de CO2 combinées (WLTP) : 0 g/km
Consommation de test : 19,8 kWh/100km
Accélération (0 - 100km/h) : 8,9 s*
Vitesse maximale : 150 km/h*.
Dimensions (L/L/H) : 3,63 m/1,68 m/1,52 m
Poids : 1.330 kg*
Prix de base : CHF 36'990 (La Prima)

* : Données d'usine

Texte : ai Online Rédaction/DF/FM
Images : FM

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.