Classiques

Fiat 8V Supersonic - l'extraterrestre

Publié le 17.07.2022

Dante Giacosa, l'un des plus grands parmi les nombreux grands ingénieurs italiens, avait commencé sa carrière avec des camions, puis construit des moteurs d'avion, avait participé de manière déterminante à la voiture de course Cisitalia après la Seconde Guerre mondiale - et a passé quelques mois à Detroit en 1947. Il y était à la recherche de nouvelles idées pour une berline plus grande que son nouvel employeur, Fiat, envisageait de construire. Il proposa de doter le projet 101 d'un quatre cylindres de 2 litres, mais il n'en fut rien, la "grande" Fiat fut présentée en 1952 sous le nom de Fiat 1400 avec un petit moteur de 1,4 litre. Mais le responsable des voitures de tourisme Fiat de l'époque, Luigi Gajal, voulait tout de même une variante plus puissante. Comme il n'était pas question d'utiliser un V6 classique et qu'il n'y avait pas de place dans le compartiment moteur pour un V8 classique à 90 degrés, Giacosa a commencé à développer un huit cylindres à un angle de 72 degrés. Le projet portait le nom de 104.

Beaucoup de terrain inconnu

Il s'agissait d'une machine très spéciale : les dimensions hors équerre étaient de 72 mm pour l'alésage et de 61,3 mm pour la course, un régime de 6000 tr/min était atteint et la puissance était délivrée à 110 chevaux. Les chemises de cylindre humides étaient en fonte grise, la cylindrée était de 1996 cm3 et le taux de compression de 8,5:1 était nettement supérieur à la norme de l'époque. Le vilebrequin court et rigide était monté sur trois paliers et ne disposait étonnamment pas d'amortisseurs de vibrations ; les bielles des paires de cylindres opposées ne reposaient pas sur un maneton commun, comme c'est généralement le cas pour les moteurs en V, mais étaient décalées de 10° dans le sens inverse. Les deux soupapes suspendues par cylindre étaient actionnées par un arbre à cames placé au centre du moteur et entraîné par une chaîne sur la face avant, via des poussoirs et des culbuteurs. La préparation du mélange était assurée par deux carburateurs à double flux tombant Weber 36DC F3. L'embrayage monodisque à sec et la boîte de vitesses à quatre rapports étaient bridés sur le moteur.

Les techniciens de Fiat (avec l'aide de Siata) ont également exploré un terrain partiellement nouveau pour le châssis. Les quatre roues étaient suspendues individuellement par des ressorts hélicoïdaux et des triangles de suspension. Alors que les suspensions indépendantes des roues avant avaient été adoptées presque partout en 1952, la plupart des voitures possédaient encore de braves essieux rigides à l'arrière. La Fiat 8V possédait en outre des amortisseurs hydrauliques et des barres antiroulis à l'avant et à l'arrière. L'empattement était de 240 cm, la voie avant et arrière de 129 cm. La longueur totale du coupé d'usine était de 406 cm, la largeur de la voiture de 150 cm et le poids à vide de 930 kg. La version standard atteignait déjà 180 km/h et accélérait de 0 à 100 km/h en 10,6 secondes. La version de course, avec 127 ch à 6600 tr/min, pouvait atteindre plus de 200 km/h.

L'Alfa Romeo détruite

Au total, seulement 114 Fiat Otto Vu ont été construites, la voiture a été présentée pour la première fois au Salon de Genève 1952. La plupart des 8V ont reçu une carrosserie d'usine, un coupé un peu fade au début, dessiné par Fabio Lucio Rapi, mais qui est devenu de plus en plus joli au fil des différentes séries. Mais les "Otto Vu" les plus célèbres sont certainement les "Supersonic", une carrosserie de Ghia dessinée par Giovanni Savonuzzi - et qui a failli rester une note en bas de page de l'histoire. C'est ainsi que cela s'est passé : Le gentleman driver suisse Robert Fehlmann avait besoin d'un engin adapté à la course pour les Mille Miglia 1953. Il s'est adressé à Virgilio Conrero, qui jouissait d'une excellente réputation parmi les pilotes d'Alfa Romeo avides de performances, et lui a fait construire une belle 1900.

Pour le design, Conrero s'est tourné vers son ami Giovanni Savonuzzi. Savonuzzi, qui avait étudié au Politecnico de Turin et s'était formé à l'aéronautique, venait certes d'être nommé chef du design de Ghia, mais il s'est tout de même mis à la planche à dessin et a dessiné une forme fortement inspirée de l'aviation. C'est certainement la raison pour laquelle il a donné à son projet le nom de "Supersonic". Savonuzzi, qui fait partie, avec Scaglione et Spada, des designers italiens les plus sous-estimés, avait déjà expérimenté une aérodynamique plus sophistiquée dans des projets antérieurs, par exemple pour Cisitalia, mais l'Alfa Fehlmann était vraiment unique, un tout nouveau chapitre du design. La voiture a été présentée pour la première fois en 1953 au salon de Turin - puis Fehlmann a détruit la voiture portant le numéro de départ 453 lors de la Mille Miglia. Complet.

D'éminents propriétaires précédents

Mais Savonuzzi savait qu'il avait fait de grandes choses. Et il a apporté son projet chez Ghia, où l'on cherchait justement à nouveau désespérément des clients. La Fiat 8V s'offrait, elle ne se vendait pas très bien - et c'est ainsi qu'une "Supersonic" basée sur l'Otto Vu fut présentée pour la première fois à Paris à l'automne 1953 (numéro de châssis 106 000035, premier propriétaire : le designer Paul Farago). La voiture que nous montrons ici, numéro de châssis 106 000049, était la 10e des 14 (ou peut-être 15) Fiat 8V Supersonic construites, fut exposée au Salon de Genève en 1954 - et achetée sur le champ par K.T. Keller, le patron de Chrysler de l'époque. Le propriétaire suivant était Lou "The Speed King" Fageol, un multiple champion de powerboat, propriétaire d'une équipe de course et constructeur de voitures de course à deux moteurs, qui a plus tard doté la voiture d'un kit de roues Continental et d'ailerons arrière. D'une manière ou d'une autre, la Fiat est arrivée entre les mains d'un certain Monsieur Farber, qui a possédé l'Otto Vu pendant 36 ans - et l'a remise dans son état d'origine pendant cette période. La dernière fois que 0049 a été vendue aux enchères, c'était en 2017 pour 1'375'000 millions de dollars - aujourd'hui, le véhicule passe malheureusement à nouveau sous le marteau, toujours chez RM Sotheby's.

Texte : pru, Photos : RM Sotheby's

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.