FIA Hill Climb Masters

Une autre médaille d'or pour la Suisse

La Suisse a remporté une nouvelle médaille d'or au FIA Hill Climb Masters à Braga/Portugal après 2014 et 2018 grâce à Reto Meisel. Ils ont terminé 6ème au classement par équipe.

Publié le 12.10.2021

Thomas Amweg est entré dans le vif du sujet. L'Argovien, l'un des quatre Suisses de l'équipe de course de côte de Braga, a été enthousiasmé par le FIA Hill Climb Masters au Portugal. "C'était une méga expérience. L'atmosphère était sensationnelle et l'esprit d'équipe entre nous, Suisses, était tout simplement exemplaire. Même si cela ne s'est pas très bien passé pour moi sur le plan sportif, je reviendrai certainement la prochaine fois."

Pour le pilote de Formule 3000 Amweg, c'était sa première participation aux Masters. En conséquence, le lauréat du prix Gurnigel 2019 a adopté une approche prudente. "Je voulais recharger la voiture de la même manière que je l'avais déchargée. Malheureusement, nous avons eu quelques problèmes de boîte de vitesses, c'est pourquoi j'ai manqué une séance d'essais. Et de toute façon, le rapport de vitesse était trop long." Amweg a donc terminé son baptême des maîtres à la 31e place au classement général.

Ralenti par des problèmes de boîte de vitesses

Pour Michel Zemp, c'était déjà la deuxième participation. En 2018, le Langenthaler pilotait toujours une Seat TCR, cette fois avec sa Honda Norma M20 FC de 2 litres. La Zemp étant classée dans la même catégorie que les voitures de sport de plus grosse cylindrée, il était clair dès le départ que le Bernois ne serait pas considéré pour une place de choix. Néanmoins, il a été convaincant. S'il y avait eu une compétition pour les voitures de sport de deux litres, il aurait facilement terminé dans les trois premiers. "Je suis très heureux de ma performance", a déclaré Zemp en tant que 28e au classement général. "Nous avons eu quelques problèmes avec le levier de vitesse, mais sinon, ça s'est plutôt bien passé."

Ronnie Bratschi avait de bonnes chances de gagner une médaille. L'homme d'Uri, qui avait déjà participé à quelques manches du Championnat d'Europe cette année, n'a laissé aucun doute lors des séances d'essais du samedi sur sa capacité à conduire aux avant-postes. Malheureusement, le pilote Mitsubishi a été ralenti par des problèmes de boîte de vitesses le jour de la course. "J'ai abordé un long virage à gauche dans la deuxième manche avec un rapport trop élevé car il y avait un problème de rétrogradation. Je me suis donc appuyé contre les garde-fous à la sortie du coin. Comme le problème n'aurait pas pu être réglé sur place, j'ai décidé de prendre ma retraite." En effet, le meilleur temps de Bratschi lors de la première manche a suffi pour la troisième place du groupe 1.

Mauvaise médaille

Le médaillé d'or suisse au Portugal était Reto Meisel (photo). En 2019, l'Argovien était déjà le pilote de voiture de tourisme le plus rapide lors de la manche du championnat européen sur la piste originale de Braga. Et cette année encore, il s'est présenté sous une forme éblouissante. La FIA l'ayant réaffecté à la classe Open sur place, une victoire en voiture de tourisme était hors de question pour l'homme de 51 ans. Le pilote de la Mercedes n'a guère compris cette réaffectation. "J'aurais préféré prendre la médaille d'argent en catégorie 1 plutôt que la médaille d'or en catégorie 3", a déclaré celui qui n'était que deux millièmes de seconde plus lent que le Polonais Szymon Lukaszczyk dans le duel à distance avec les as des voitures de tourisme. Le fait que Meisel ait accidentellement reçu une médaille d'argent et non une médaille d'or lors de la cérémonie de remise des prix est une pure coïncidence. L'homme de Leugen est sûr que la FIA va corriger ce faux pas. Sinon, pour lui, c'était "un événement de premier ordre". Et la FIA n'a pas ménagé ses efforts ni ses dépenses. L'atmosphère était gigantesque."

La Suisse a terminé à la sixième place du classement par équipe, devant les puissants Italiens. Après deux secondes places en 2014 et 2016, il s'agit également d'une performance très solide. La victoire est revenue à la France.

Dans la lutte pour la victoire finale, Christian Merli du Tyrol du Sud était en tête, comme il y a trois ans à Gubbio. La deuxième place est revenue à Geoffrey Schatz. La troisième place est revenue à Simone Faggioli.

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.