Rarity

Ferrari 250 LM Stradale - aménagée

La Ferrari 250 LM Stradale est une pièce unique, il en existe deux. Comment cela s'est-il produit?

Publié le 21.07.2021

Chez Ferrari, tout n'est pas aussi brillant qu'avant (et nous ne faisons pas référence à la Formule 1, mais aux voitures de route). Dans cette grave crise, on a tendance à oublier que cela a souvent été le cas à Maranello (et pas seulement en Formule 1). Avec la 250 GTO, les Italiens avaient toujours triché à la limite de la légalité, mais au plus tard lors de son introduction en 1962 (et après le départ de Giotto Bizzarrini et Carlo Chiti de toute façon), il était déjà clair qu'ils avaient complètement dormi sur certaines évolutions de la course.


Le moteur central était devenu la mesure de toutes choses. Une Ferrari Dino 246 SP (numéro de châssis 0796) a été autorisée à devenir le premier véhicule d'essai (il s'agit d'ailleurs de la seule "vraie" Ferrari équipée d'un V6 avant la 296 GTB PHEV), à partir duquel la 250 P a ensuite été développée. Comme les règlements étaient en constante évolution ces années-là, Ferrari avait besoin d'un modèle pour la saison 1964 dont 100 pouvaient être construits (et surtout : vendus).

 

La Ferrari 250 LM Stradale est restée un prototype.

Cela ne pourrait fonctionner que si une version en état de marche pouvait être vendue à un client consentant. Pininfarina a posé un toit sur la 250 P - et la 250 LM était terminée. On espérait que la FIA donnerait son feu vert au projet (quatre voitures effectivement construites par Aston Martin avaient suffi), mais la plus haute commission des courses n'a pas joué le jeu (après divers tours de passe-passe des Italiens).


De plus, la version routière, la Stradale, avec laquelle ils ont tenté de sauver ce qui ne pouvait plus l'être, n'a jamais décollé. Avec son immense vitre arrière, elle a fait impression, mais le nombre de commandes reçues a été très faible (il y a 16 commandes confirmées). Parce qu'elle n'était pas du tout rentable, Ferrari/Pininfarina ont décidé de ne pas la produire du tout, ne laissant qu'un prototype (numéro de châssis 6025) et un modèle transformé par la suite (numéro de châssis 5995).

 

Le succès comme voiture de course

La 250 LM a néanmoins connu le succès en tant que voiture de course. Bien qu'elle n'ait jamais été utilisée par l'usine, mais uniquement vendue à des équipes privées et qu'elle ait dû prendre le départ dans la catégorie des prototypes, Rindt/Gregory ont pu remporter les 24 heures du Mans en 1965. 32 unités de la 250 LM ont été construites - et en fait, elles portaient presque toutes le mauvais nom, car le douze cylindres de 3,3 litres était utilisé comme moteur ; 275 LM aurait été la désignation correcte.

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.