RM Sotheby’s St.Moritz

Lexus LFA - le haut de gamme japonais

Avec la Lexus LFA, les Japonais ont réussi à créer une pièce particulièrement fine. Aujourd'hui, l'une d'entre elles va passer sous le marteau de RMS Sotheby's à Saint-Moritz.

Publié le 03.09.2021

Il a fallu beaucoup de temps pour que les Japonais aient enfin leur super voiture de sport sur la route. Le développement a commencé en 2000, en janvier 2005 ils ont montré une première étude à Detroit, et il était déjà clair alors qu'ils construiraient cette chose. Une deuxième étude a suivi en 2007, alors avec un intérieur, et en 2008 une troisième, un roadster.

Mais ce n'est qu'en octobre 2009 que la version de série a finalement été présentée à Tokyo, et à partir de 2010, les 500 unités auxquelles Lexus avait volontairement limité sa LF-A ont été construites. En 2011, l'édition Nürburgring a été présentée, plus légère de 5 kilos et plus puissante de 10 ch, dont 50 unités supplémentaires ont été construites.

Mais restons-en à la LF-A très "banale", qui est déjà suffisamment excitante. Il est propulsé par un V10 de 4,8 litres développé en collaboration avec Yamaha, qui développe 560 ch à 8700 tr/min, monte à 9500 tr/min et, bien sûr, n'est pas ventilé artificiellement. 40 soupapes en titane et 10 bielles en titane chantent une chanson impressionnante, les couvercles de soupapes sont en magnésium ; il n'y a pas d'injection directe d'essence, mais les soupapes papillon individuelles n'ont besoin que de 120 millisecondes pour s'ouvrir complètement.

Un système de lubrification à carter sec (13 litres !), qui va de soi pour une voiture de sport digne de ce nom, permet à la Lexus de ne pas tomber à sec même lors d'accélérations latérales de 2 g. Le couple maximal est de 480 Nm. Le couple maximal est de 480 Nm à 6000 tr/min. Comme il sied à une voiture de sport haut de gamme, la LF-A est construite en transaxe, ce qui signifie que le moteur se trouve à l'avant (bien que cette chose soit très, très en arrière), la boîte de vitesses, la batterie et à peu près tout le reste à l'arrière.

La boîte de vitesses est une boîte séquentielle automatisée à 6 rapports qui peut effectuer des changements de vitesse, si nécessaire et alors avec une secousse assez forte, en 0,2 seconde. En termes de performances, Lexus cite un sprint de 0 à 100 km/h en 3,7 secondes et une vitesse de pointe de 325 km/h. Les freins en carbone-céramique vont de soi, 390 millimètres de graisse à l'avant, 360 millimètres à l'arrière.

Un tel V10 offre une expérience sonore tellement différente. Ce n'est pas le cri hystérique d'un V12 (italien), il est plus proche du V8, agréablement grave. Il semblerait que les spécialistes des instruments de musique de Yamaha aient été mis à contribution pour développer ce son très spécial, censé imiter les sons de la Formule 1.

Le cockpit est également conçu d'une manière plutôt inhabituelle - c'est un peu trop de cinéma de souris pour nous, messieurs plus sédentaires. Ceux qui n'ont pas grandi avec Playstation et compagnie - et il est censé y avoir des gens comme ça - sont assis, quelque peu perplexes, devant l'écran TFT multicouche sur lequel les affichages les plus divers clignotent sauvagement. Vous pouvez choisir parmi ce qui semble être une centaine de modes de conduite pour la boîte de vitesses et le châssis, et vous devez rendre hommage à ceux qui gardent la trace de tout. D'autre part, les sièges sont de grand théâtre, vices dans le cuir le plus fin.

Il est encore difficile de se prononcer sur le prix : il était autrefois de 375 000 euros - mais entre-temps, les prix ont massivement augmenté, et RM Sotheby's attend au moins 550 000 francs pour l'exemplaire présenté ici (numéro de châssis JTHHX8BH8B1000209) le 17 septembre à Saint-Moritz. Est-ce un objet de collection ? Absolument. Lexus n'a peut-être pas la cote auprès des aficionados de voitures de sport comme Ferrari ou Porsche, mais la LF-A est certainement le plus haut standing, le plus fascinant des jouets high-tech japonais. C'est beau ? Hmm, la forme suit la fonction - mais cette maxime de design n'a jamais été fausse, elle convient donc aussi à la Lexus.

Texte. Peter Ruch, Photos: RM Sotheby's

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.