Crash test

Nouvelle crash latérale de l'IIHS - la classe moyenne n'est pas assez sûre

Une nouvelle procédure de l'institut IIHS aux Etats-Unis a durci les conditions de crash latéral. Le résultat est désastreux. Un seul véhicule réussit désormais avec la note "bien", toutes les autres berlines de classe moyenne échouent au test.

Publié le 09.08.2022

La manchette de l'IIHS, abréviation de Insurance Institute for Highway Safety, une organisation à but non lucratif financée par le secteur des assurances pour tester la sécurité des véhicules, pèse lourd : seule une berline de classe moyenne testée obtient la note "bien". La raison en est une modification de la procédure de test.

Un poids de test plus élevé et une vitesse plus importante posent problème

Seule l'actuelle Subaru Outback 2022 a obtenu la meilleure note au nouveau test de collision latérale, qui est désormais effectué avec un poids de chariot plus élevé et une vitesse d'impact plus importante du côté du conducteur. La Hyundai Sonata et la Volkswagen Jetta ont obtenu la note "Acceptable". Mais déjà ici, des charges plus élevées ont été mesurées sur le bassin et le torse du conducteur et du passager.

Chevrolet, Toyota et Nissan jugées insuffisantes

Pas moins de trois modèles, la Toyota Camry actuelle, la Nissan Altima et la Chevrolet Malibu ont dû se contenter de la note "médiocre". Chez eux, la sécurité des passagers n'est plus suffisante dans le nouveau procédé et l'habitacle ne résiste pas aux contraintes, ce qui entraîne un risque de blessure fortement accru.

Les petits SUV et les SUV compacts obtiennent de bien meilleurs résultats

Lors des tests de SUV crossover de petite et moyenne taille, 10 SUV sur 18 ont obtenu la note "Bien", aucun n'a obtenu la note "Mauvais". "Pour les véhicules assis plus bas que le sol, l'obstacle qui les frappe frappe plus haut le panneau de porte", a déclaré le président de l'IIHS David Harkey dans un communiqué. "Cela désavantage peut-être les berlines et les breaks dans cette évaluation, mais cela reflète ce qui se passe dans un accident réel lorsque ces véhicules sont heurtés par un pick-up ou un SUV assis plus haut".

L'augmentation du nombre de SUV lourds entraîne une adaptation nécessaire des procédures

La dernière modification des procédures par l'IIHS datant d'il y a 15 ans, le durcissement du test tient désormais surtout compte de l'évolution des goûts des clients. Les SUV et les camions dominent le paysage routier, et pas seulement aux États-Unis. Les vitesses moyennes pratiquées sont également plus élevées malgré l'augmentation du trafic. Une combinaison qui a des conséquences désagréables, surtout en cas d'accident.

Un traîneau de 1,9 tonne percute son vis-à-vis à 60 km/h.

Lors du test initial, une barrière de 1 500 kg a été dirigée vers le pilier B du véhicule à une vitesse de 50km/h. Le véhicule a ensuite été heurté par une barrière de 1 500 kg. Le nouveau test utilise une barrière de 1'900kg et une vitesse de collision de 60km/h. L'IIHS a également modifié la surface d'impact de la barrière pour qu'elle frappe à un point plus bas, car de nombreux véhicules tout-terrain ont aujourd'hui un capot plus bas.

Le nouveau test devrait entraîner des adaptations fondamentales en Europe également

Le nouveau test n'est pas encore pris en compte dans l'évaluation globale des véhicules. Selon les anciennes règles, toutes les berlines de taille moyenne auraient obtenu la note maximale. Ainsi, il apparaît surtout que pour obtenir le classement 5 étoiles, il faudra à l'avenir procéder à des modifications fondamentales de la structure de la carrosserie. Il sera intéressant de voir si, outre l'IIHS, la NHTSA et l'Euro-NCAP relèveront les normes de sécurité en cas de collision.

Texte : rédaction en ligne d'ai
Images : IIHS, NHTSA

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.