Rencontre d’éditeur

Qui peut le plus, peut le moins

Publié le 23.01.2020

Àl'occasion du vernissage du livre « Rennsport Schweiz » à Seelisberg, j'ai reçu mon exemplaire des mains des auteurs, les rédacteurs sportifs Peter Wyss et Stefan Lüscher. Une bonne amitié me lie à eux. Avec Stefan, nous sommes également liés par une autre chose : un handicap ! Pas de quoi nous faire baisser les bras, bien sûr. En raison d'une maladie neurologique incurable (SLA), Stefan Lüscher ne peut plus communiquer que via un iPad, mais il peut toujours écrire des livres entiers. 

Son discours, lu par Edi Engelberger et dans lequel il remercie ce dernier d'avoir « prêté sa voix », est d'autant plus impressionnant qu'il n'aurait pas pu être plus touchant. Cette rencontre émouvante avec notre ancien rédacteur en chef a été encadrée par de jeunes pilotes de course talentueux tels que Nico Müller, Jasmin Preisig, Alain Valente, Julien Apothéloz et des légendes comme Marcel Fässler, Jo Zeller, Jo Vonlanthen, sans oublier d'autres personnalités comme Andreas Michel et Thomas Kohler d’Auto Sport Suisse.

***

Sur le chemin du retour avec Jörg Petersen, j'ai été flashé par un radar à Lucerne. La désagréable attente du courrier vient tout juste de prendre fin. Résultat : vitesse autorisée 80 km/h, vitesse mesurée 86 km/h, déduction faite de la tolérance de mesure de 5 km/h, ce qui nous donne un excès de vitesse d'un km/h, amende de 20 francs, payables dans les 30 jours. Cela se passe de commentaires...

Il y a longtemps que je n’avais pas eu à payer pour un excès de vitesse à Lucerne ces jours-ci. J'ai eu la chance de disputer le Raid du Sud de Gstaad à Cannes, dans la Monteverdi Highspeed 375L de la Fondation Renaud. J’ai été flashé dans la zone des 50 km/h à 79 km/h, soit 74 km/h après déduction de la tolérance.

Comme l'adresse de correspondance de la voiture est celle de Bruno Birrer, René Mächler et Monika Muther dans l'Oldirama à Lucerne-Littau (René Mächler est membre du conseil d'administration de la Fondation Renaud), la contravention a atterri là-bas. La proportionnalité de la sanction est nettement plus faible, et la progression en cas de retard de paiement d'autant plus grande. Ainsi, l'amende était de 45 euros pour un virement immédiat, de 90 euros après 30 jours et de 180 euros après 60 jours.

À cet égard, nous remercions vivement Monika pour le paiement immédiat et l'encaissement différé auprès de l'auteur du délit, sans frais supplémentaires. En parlant de proportionnalités, on calcule...

***

Les raisons de parrainer des engagements sont multiples. La raison pour laquelle le fabricant de pneus Hankook sponsorise précisément le HCD et la Coupe Davos Spengler Cup reste un mystère pour moi.

Bien sûr, le fan de hockey des Grisons que je suis est ravi quand Andreas Wirth (de Hankook) l'invite à participer aux demi-finales de la légendaire Coupe Spengler. Une grande soirée en tant que VIP, un match avec 6800 visiteurs, mais seuls 100 fans de hockey dont dix vrais du cercle Hankook.

La question de savoir si la surfaceuse Zamboni sur des pneus Hankook roulerait sur la glace est restée sans réponse. Qu'importe, car le parrainage de Pirelli à la Coupe du monde de ski de la FIS ne signifie pas nécessairement que les dameuses sont équipées de pneus par le sponsor ! Il faudra demander à Erik Vecchiet de Pirelli de nous en parler lors d’une prochaine rencontre...

***

Je pense aussi au Winterraid 2020. Avec ma Porsche 944 de cinq mille francs, née en 1988, ma copilote Ursi Ruoss et moi-même avons été étonnamment acceptés dans le Team Porsche Center Maienfeld de Urs Zünd après notre deuxième place finale l'année dernière. Lupo Wolf, « the Voice » de Saint-Moritz, était l'orateur habituel au départ, flanqué de Hans A. Bichsel, organisateur du Raid. J'ai rencontré Reto Töndury, un membre du conseil d'administration de l'Alt-Amag, pour un court bavardage.

En raison du manque de neige, le peloton de participants s'est déplacé si rapidement qu'il n'y a pratiquement pas eu d’autres échanges pendant le rassemblement. Avant le dîner, où c’était l’inverse: Renzo Albizzati (ex Mercedes) avec Philipp Zumstein (Robert Huber AG), Urs Weibel, dinosaure de VW, avec ses deux fils Lorenz et Claudio (Auto Weibel, Aarberg), Michi Widmer et Andy Demuth (Lenzerheide Motor Classics), Marcel Widler (Goodtimer), Michael Stirnweiss (Porsche AMAG First), Dario Pergolini avec Peter Kieber alias « la coiffure » (Pergolini Motorsport), Louis Frey et Patrick Dätwyler (Garage Louis Frey, Muri), ce dernier resté au bar jusqu'à tard dans la soirée, ou plutôt jusqu'au petit matin. Lors de la cérémonie de remise des prix à l'hôtel Reine Victoria, le 17ème prix a été décerné de la manière habituelle. Martin Berthod (ex « Office de tourisme » de St. Moritz) nous a rejoints malgré sa préretraite.

En fait, il ne manquait que Christian J. Jenni. Non pas le collectionneur de Jaguar, mais Christian Jott Jenny, le maire glamour de Saint-Moritz.

***

Revenons à mon admission dans l'équipe Maienfelder Porsche: en 2019, j'ai terminé 2ème au classement général sur une piste largement enneigée avec 236 points de pénalité. Cette année, avec 319 points de pénalité seulement, j’ai terminé à la 16ème place. Conclusion pour Urs Zünd, le patron de l'équipe Porsche: moins ne signifie pas toujours plus... A moins d’avoir suffisamment de neige !

Les éditeurs sont souvent sur la route, partagent de belles expériences et multiplient les rencontres.

 

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.