60 ans de la 4L

Renault 4 "Bye bye" – les 1000 derniers exemplaires

60 ans de Renault 4 en bref et photos de la toute dernière Renault 4. Les 1000 derniers véhicules ont été équipés en 1992, après 31 ans de construction, d'un modèle spécial "Bye bye" avec les plaques correspondantes. Cependant, des 4L ont encore été construites dans des usines étrangères jusqu'en 1994.

Publié le 01.01.2022

Voici l'histoire de la Renault 4 en bref :


1956
Le directeur général de Renault, Pierre Dreyfus (directeur de 1955 à 1975), discute pour la première fois avec ses collègues du conseil d'administration du projet d'une voiture plus petite et plus polyvalente, qui aurait "un grand hayon et, en plus, un espace de chargement dont le libre accès ne serait pas entravé par des éléments de carrosserie ou de mécanique. J'imagine une voiture avec un bon confort de suspension et une bonne maniabilité".
 
Fin 1958
Après de nombreuses études préliminaires, la décision est prise de construire la R4, qui porte encore le numéro de développement "350" : elle ne doit pas coûter plus de 350.000 (anciens) francs français. Officiellement, le nouveau modèle recevra plus tard le numéro de projet "112".
 
Automne 1959
Décision finale sur la forme de la carrosserie. Les tests et les essais commencent dans le monde entier. Les techniciens baptisent affectueusement le nouveau véhicule "Marie-Chantal".
 
Juin/juillet 1961
Premiers essais de la presse spécialisée avec des modèles de pré-série de la nouvelle Renault en Camargue, dans le sud de la France. Parallèlement, plus de 1000 collaborateurs et 400 techniciens de plus de 30 partenaires logistiques investissent plus de 42 000 heures de travail en seulement trois semaines pour préparer la production en série de la R4 à l'usine Renault de Billancourt sur l'île de Seine.
 
3 août 1961
Début de la production en série sur l'île de Seine Séguin à Paris-Billancourt.

28 août 1961
Fin de la période d'embargo pour les premiers comptes rendus de conduite dans les journaux, magazines, radios et télévisions.
 
21 septembre 1961
La Renault fête sa première mondiale officielle lors de l'ouverture du Salon international de l'automobile de Francfort en tant que successeur de la célèbre 4CV. La quatre portes avec son grand hayon et son habitacle modulable est la première Renault à traction avant. Elle est d'abord commercialisée en quatre versions : la R4, la R4 L avec trois vitres latérales, la R4 L Super Confort ainsi que la Renault 3 avec un équipement minimal et un moteur de 0,6 litre, qui n'est toutefois pas exportée. Les autres modèles possèdent un moteur à quatre cylindres de 747 cm³, refroidi par eau, qui développe 26 ch, ainsi qu'une boîte à trois vitesses avec le changement de vitesse typique à la tourelle. À l'exportation, le moteur a une cylindrée de 845 cm³ pour la même puissance. Autres détails : une suspension à roues indépendantes avec des débattements de suspension généreusement dimensionnés et des sièges à cadre tubulaire en acier recouverts de toile.

 
4 octobre 1961
Présentation de gala en l'honneur de la nouvelle R4 au Palais de Chaillot à Paris.
 
6 octobre 1961
Ouverture du Salon de l'automobile de Paris : la R4 fait ses débuts en France. Parallèlement à la "berline", la première version d'une camionnette, appelée "Fourgonnette", fait également ses débuts. Sa production ne débute toutefois qu'au printemps 1962.
 
1962
La vente de la nouvelle R4 et, à partir de l'automne, de la R4 Transporter en version break et fourgon commence à l'étranger. En France, la Renault 3 est à nouveau abandonnée, tandis qu'à l'autre bout de la gamme, la R4 Super vient compléter la gamme.

1964
L'indestructible française se dote d'une transmission intégrale : la R4 "Sinpar 4x4" - c'est le nom du fournisseur - convient également aux terrains difficiles.
 
3 mars 1964
La 500 000e R4 sort de la chaîne de production.
 
1965
La "R4" est désormais officiellement rebaptisée "Renault 4". Les améliorations conséquentes dans les détails se poursuivent : tous les modèles Renault 4 reçoivent de nouveaux maîtres-cylindres de frein, qui permettent des distances de freinage plus courtes et une meilleure stabilité des freins. La voie de l'essieu arrière est augmentée de 40 millimètres et le système de chauffage et de ventilation est revu. Un câble Bowden actionne désormais le papillon des gaz. Le rétroviseur intérieur prend une forme rectangulaire et le coffre de la Renault 4 Export est recouvert d'un couvercle.
 
1966
Un nouveau vase d'expansion optimise le refroidissement par eau en circuit fermé de la Renault 4.

1er février 1966
Renault fête la production de la millionième Renault 4 après moins de cinq ans.
 
1967
Des tambours de frein nettement plus grands améliorent encore la sécurité de conduite de la traction avant. Des barres de torsion réglables en continu font leur apparition sur l'essieu arrière, celles de l'essieu avant sont redimensionnées. Une commande d'embrayage révisée réduit la force de pédalage. Le nouveau design du tableau de bord améliore la visibilité.
 
1968
Une boîte de vitesses manuelle à quatre rapports entièrement synchronisée est utilisée pour la première fois sur tous les modèles. Les phares sont intégrés dans la calandre redessinée. Des tampons en caoutchouc ornent les pare-chocs avant et arrière, également redessinés. Les portes reçoivent de nouveaux revêtements intérieurs. Un cric à parallélogramme remplace l'ancien treuil à vis.

Avec 368'566 exemplaires, la production de la Renault 4 atteint son maximum historique. Au total, plus de deux millions de Renault 4, break, fourgonnette et fourgonnette sont déjà sorties des chaînes de production.
 
1969
L'essieu avant renforcé de la Renault 6 est également repris pour la Renault 4. La version de carrosserie "Plein Air" avec capote pliante sans portes, produite par Sinpar, rend la Renault 4 également intéressante pour les amateurs d'air frais.

1970
Le nouveau dispositif d'équilibrage du hayon arrière permet désormais de le manipuler d'une seule main, ce qui est pratique pour le chargement. Le diamètre des axes de piston passe de 14 à 16 millimètres. Le démarreur est doté d'un blocage de démarrage. Une deuxième version open-air fait ses débuts : La Renault 4 "Rodeo" possède une carrosserie entièrement nouvelle avec une capote pliante à plusieurs variantes dans le style de la concurrente Citroën Méhari.

 
1971
Le système électrique passe de six à douze volts. La production de la gamme Renault 4 franchit le seuil des trois millions d'unités.
 
1972
La cylindrée des Renault 4 destinées au marché français passe de 747 à 782 cm³. La puissance du moteur est toujours de 26 CV.

1973
Les versions export de la Renault 4 reçoivent nettement plus de puissance avec 34 ch au lieu de 26. La vitesse maximale passe ainsi de 110 à 120 km/h.

1974
La boîte de vitesses à quatre rapports de la Renault 6 TL est également reprise pour la Renault 4.

1975
La nouvelle grille de calandre est désormais en plastique. La capacité du réservoir passe de 26 à 34 litres. Après l'arrêt du moteur, les essuie-glaces reviennent automatiquement en position de repos. Les ceintures de sécurité reçoivent des points d'ancrage et d'articulation optimisés.

1976
Un alternateur triphasé est introduit dans la série, une lunette arrière chauffante vient enrichir la liste des équipements spéciaux. La dernière version, la Renault 4 "Safari", vient compléter la gamme. Sa particularité la plus frappante : un aménagement intérieur amusant avec des housses de coussin inspirées d'un hamac.

1977
La Renault 4 bénéficie d'un restylage particulièrement important et reçoit entre autres un système de freinage à double circuit, des phares halogènes, une lunette arrière chauffante, des feux de recul, des ceintures de sécurité automatiques, des appuie-tête et un pare-brise en verre feuilleté.

Septembre : la Renault 4 est la toute première voiture française à atteindre le record de production de cinq millions de véhicules.

1978
Un bain de cataphorèse prévient la corrosion dès la production. Des essuie-glaces à deux vitesses ainsi que des balais d'essuie-glace agrandis permettent de voir clair même par mauvais temps. La nouvelle Renault 4 GTL est dotée d'un équipement particulièrement confortable.

Chaque jour, 1200 Renault 4 sortent des chaînes de production.
 
1979
Un nouveau moteur quatre cylindres d'une cylindrée de 1108 cm³ et d'une puissance de 34 ch fait son entrée dans la Renault 4 GTL. Avec son niveau de régime plus bas, il réduit nettement le bruit. Le couple plus élevé de 73,5 Nm (à 2500 tr/min) permet une utilisation particulièrement efficace du carburant. Ainsi, selon la norme ECE, il ne consomme que 5,4 litres/100 km à 90 km/h et seulement 6,3 litres/100 km en ville. Ce moteur équipe également la nouvelle Renault 4 Transporter F6, qui dispose désormais d'un empattement plus long. 

1980
Nouveau record : la production de la Renault 4 franchit la barre des six millions d'unités.

1981
Toute la gamme est améliorée par un ventilateur de radiateur électrique avec thermostat ainsi qu'une soufflerie à deux vitesses, de nouveaux tissus d'ameublement et de nouvelles couleurs extérieures.
 
1982
De nouvelles méthodes de production et d'assemblage améliorent notamment l'étanchéité de la carrosserie. Outre la France, la Renault 4 est fabriquée en Angola, Argentine, Belgique, Chili, Côte d'Ivoire, Colombie, Ghana, Irlande, Yougoslavie, Madagascar, Maroc, Portugal, Espagne, Tunisie, Uruguay et Zaïre.

1983
La nouvelle année modèle apporte d'importantes améliorations de détail. Des mesures antirouille optimisées améliorent la résistance à la corrosion de la carrosserie. En outre, de nouveaux rétroviseurs, des habillages de meilleure qualité et de nouveaux revêtements de sièges revalorisent l'Evergreen. Toutes les versions de la Renault 4 équipées d'un moteur 1,1 litre de 34 ch sont pour la première fois dotées de freins à disque sur les roues avant.
 
1984
La carrosserie et le plancher du véhicule sont montés et plongés dans un bain de cataphorèse avant l'installation des groupes électrogènes, afin d'améliorer encore la protection contre la corrosion. De nouveaux rapports de boîte de vitesses réduisent à la fois la consommation moyenne et le niveau de bruit à l'intérieur.

1985
Nouvelles couleurs extérieures pour tous les modèles de la Renault 4. La production du fourgon Renault 4 F6 s'arrête à la fin de l'année.

1992
Fin de la production après un total de 8.135.424 exemplaires avec le modèle spécial "Bye-bye" (tirage : 1000 exemplaires) sur la base de la R4 GTL "Clan".

 

La (probablement pas tout à fait) dernière 4L

Le fonds de Renault Classic à Flins conserve la toute dernière Renault 4 construite en France. La dernière série "Bye bye" a fait l'objet de grandes annonces et les fans ont été invités à saisir la toute dernière occasion d'acheter une nouvelle 4L.

Le "Bye bye" était basé sur le modèle spécial "Clan" et était identifié par des plaques numérotées à l'envers à partir de 1000. La toute dernière 4L produite sur l'île Séguin porte donc le numéro 0001, ce qui porte à 8'135'424 le nombre total de véhicules construits. 

Ce chiffre est toutefois à prendre avec précaution, car les 28 usines de production de Renault 4 dans le monde n'ont probablement pas toutes compté avec autant de précision. De plus, certaines usines ont continué à produire des kits jusqu'à la fin de l'année 1994 ou ont utilisé les pièces restantes.

 

Voici donc la dernière R4 officielle, mais certainement pas la toute dernière :

Texte et photos : Stefan Fritschi et Renault

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.