„Quick Vic“

Vic Elford est décédé

Victor Henry Elford est décédé le 13 mars 2022 dans sa Floride natale, à l'âge de 86 ans. C'est surtout à la fin des années 1960 que cet Anglais intelligent a dominé les rallyes et les courses sur circuit dans le monde entier.

Publié le 14.03.2022

Anciens rivaux et amis : Gérard Larrousse et Vic Elford

 

Elford est né le 10 juin 1935 dans le district londonien de Peckham. Après une formation technique, il fait ses premières expériences en 1964 dans le championnat du monde des voitures de sport. En 1966, il termine troisième au Rallye de Corse sur une Porsche 911 et, un an plus tard, il remporte le Rallye Stuttgart-Lyon-Charbonnières. Toujours en 1967, il remporte la première course de rallycross de l'histoire sur le circuit de course de Lydden Hill dans le Kent avec une Porsche 911 R de l'importateur britannique AFN. La même année, ce grand talent est devenu champion d'Europe des rallyes et Porsche l'a aussitôt engagé comme pilote d'usine.

En 1968, il réussit une année incroyable et unique en son genre, qui lui valut le surnom de "Quick Vic" que lui donnèrent ses fans. En effet, en janvier, il remporte le Rallye Monte-Carlo, en février les 24 heures de Daytona, en mai la Targa Florio ainsi que la course des 1000 kilomètres sur le Nürburgring. Elford - l'homme à la mémoire photographique - a pu raconter tous ses succès en détail jusqu'à la fin de sa vie.

Il n'a jamais oublié ses moments les plus passionnants au Rallye Monte-Carlo. Dès 1967, il y a pris le départ au volant d'une 911 S et a assuré à Porsche la victoire dans sa catégorie et une troisième place au classement général. En janvier 1968, son engin de sport était une Porsche 911 T, forte de 170 chevaux et ne pesant pas une tonne. Il a choisi Varsovie comme point de départ de la course en étoile vers Monaco. Sur la rampe devant le casino de Monte-Carlo, le Français Gérard Larrousse s'est élancé en premier au volant de l'Alpine avec 14 secondes d'avance - Elford et son copilote David Stone suivaient immédiatement. Leur course est devenue légendaire : "Avant le départ pour le col de la Couillole, mon copilote m'a dit : 'Détends-toi. La nuit dernière, nous avons vérifié la présence de glace et de neige sur les routes. Nous savons qu'il peut y en avoir moins, mais en aucun cas plus. Alors fais-moi confiance, fais confiance à nos notes. Tu sais que tu es le plus rapide dans les montagnes, alors conduis". Elford s'est détendu et a roulé - même si l'hypothèse de la neige n'était pas non plus tout à fait exacte : certains spectateurs avides de spectacle avaient recouvert l'asphalte de neige - sur laquelle Larrousse a toutefois glissé et non l'équipe Porsche. Elford : "Quand nous avons récupéré après la spéciale, j'ai demandé à David : "Combien de virages aurais-je pu prendre plus vite ?" "Deux", a-t-il répondu. Je pensais que ça aurait été trois". Et de poursuivre : "J'ai décidé d'utiliser des pneus de course. Faisant aveuglément confiance à David, j'ai pris certaines surfaces verglacées à plein gaz, à 200 km/h en cinquième vitesse. À l'époque, je fumais comme un pompier, mais après cette course, il me fallait deux ou trois tentatives pour allumer une cigarette, tellement j'étais épuisé par les 26 kilomètres".

De même qu'il n'a jamais cessé de fumer, il a été convaincu toute sa vie des qualités d'une Porsche 911 : "C'est la seule voiture que l'on peut réellement régler pour l'utiliser dans toutes les circonstances possibles et imaginables. Neige, glace, asphalte, montée, descente, vitesse ou lenteur - la 911 s'accommode de tout". Même si Elford est resté modeste toute sa vie, il savait de quoi il était capable. Il a ainsi déclaré un jour : "Une Porsche 911 aurait-elle pu gagner le Rallye de Monte-Carlo sans moi ? Oui - mais pas en 1968. Je pense que personne d'autre ne pouvait conduire une 911 comme je l'ai fait à l'époque".

Mais Elford était aussi exceptionnellement rapide sur d'autres modèles de Stuttgart. Un mois seulement après le Monte, il a remporté les 24 heures de Daytona au volant d'une Porsche 907 LH. Début mai, Elford et Porsche jubilaient déjà à nouveau : le Britannique a remporté une incroyable Targa Florio sur une Porsche 907 KH. "La Targa Florio a toujours été ma course préférée", a souvent dit Elford. Entre 1967 et 1972, il l'a courue six fois de suite. Certes, il n'a gagné qu'en 1968, mais il s'est assuré le meilleur tour dans chacune des courses suivantes. Jusqu'à la fin, Elford ne tarissait pas d'éloges sur les Siciliens serviables qui lui avaient alors permis de remporter l'un de ses plus grands triomphes. En effet : "Peu après le départ, j'ai perdu une roue ici entre Cefalu et Cerda. Les spectateurs ont sauté du mur, ont soulevé ma voiture légère et j'ai pu monter la roue de secours. Il faut s'imaginer cela : Un Britannique dans une voiture allemande est aidé à gagner en Italie". Cela n'a pas dérangé le public quelques virages plus loin : "C'est là que j'ai perdu la roue suivante. Une fois de plus, les gens ont soulevé la voiture et, comme je n'avais plus de roue de secours, un fan a dévissé la roue de sa voiture privée et me l'a laissée". Jusqu'à la fin, "Quick Vic" était particulièrement fier d'une affiche accrochée chez lui en Floride : on y voit son portrait, surmonté de l'inscription "Classifica Assoluta", et en dessous "1ère Elford Maglioli 907". Une inscription Porsche n'est visible qu'en marge - et c'est inhabituel : avec ce poster de victoire, Porsche a exceptionnellement célébré le pilote et non la marque.

Deux semaines seulement après son triomphe à la Targa, il était assis dans une Porsche 908 KH lors de la course des 1000 kilomètres du Nürburgring et, avec Jo Siffert, il a déclassé la concurrence. Il a pu réitérer sa victoire dans l'Eifel en 1970 et 1971. Vic Elford est toujours resté un gentleman fair-play, comme il l'a montré par exemple en novembre 1968 à Bastia. Peu avant le départ du Rallye de Corse, le développeur en chef des véhicules de course Peter Falk s'est entretenu en tête à tête avec son meilleur pilote. "Nous avons besoin d'un pilote français pour des rallyes comme celui-ci. Qui choisirais-tu ?" Elford réfléchit. Il aurait volontiers recommandé son bon ami Jean-François Piot, mais il connaissait un pilote encore meilleur : "Prenez Gérard Larrousse". Falk suivit le conseil. Et Porsche n'a jamais regretté cette décision : rien qu'en 1969, Larrousse a non seulement remporté le Tour de Corse sur Porsche 911 R, mais aussi le Rallye Neige de Glace et la course par étapes Tour de France d'Automobile.

Vic Elford n'a pas seulement été passionné par la 911, mais aussi par la Porsche 917, qui n'a pas toujours été facile à piloter. Il a piloté six types de 917 différents dans 16 courses entre 1969 et 1971, comme par exemple au Mans. En six participations, il n'a cependant jamais pu remporter la victoire. En 1971, il manqua toutefois de peu le triomphe, alors qu'il menait pendant 21 heures avec Gérard Larrousse au volant de la Porsche 917 à longue queue, jusqu'à ce que la technique tombe en panne. "C'était déjà une 'bête méchante', car le moteur était très lourd", se souvient Elford. "La boîte de vitesses était bridée derrière la machine. En raison de la torsion, le changement de vitesse est devenu de plus en plus problématique au cours de la course, et nous avons dû abandonner dans le virage de Mulhouse avec une boîte de vitesses endommagée". En 1973, il conduit pour la dernière fois une 917 : "Nous avons emprunté une 917/30 à l'usine pour la course intersérie d'Hockenheim. Je n'avais encore jamais roulé dans une voiture de course à turbocompresseur, c'est pourquoi j'ai dû montrer lors d'essais à Weissach que j'étais capable de piloter ce type de voiture. J'ai tout de suite battu le record du tour et j'ai même gagné des courses. J'ai adoré cette voiture". Il a également pris le départ à Sebring avec la 917. En 1971, il s'y est assuré la plus haute marche du podium. En 2014, il a été intronisé au Sebring Hall of Fame.

Comme Vic Elford était fiable et rapide, Steve McQueen l'a engagé en 1970 pour les prises de vue à grande vitesse de son film "Le Mans". Presque "en passant", Elford a participé à 13 courses de Formule 1 de 1968 à 1971, a grimpé dans des voitures de la série CanAm et Trans-Am, a pris le volant lors d'événements tout-terrain en Afrique et s'est aventuré dans des ovales de Nascar. Au total, il a participé avec succès à des rallyes et des courses sur circuit pendant douze ans. En 1972, il a été nommé chevalier de la Légion d'honneur française pour s'être arrêté pendant les 24 heures du Mans afin de sauver un pilote de sa voiture en feu.

En 1974, il se retire de la course automobile. En 1975, il est revenu avec le projet de voiture de course Inaltera, puis a dirigé l'équipe ATS. Après avoir déménagé aux États-Unis en 1984, il a dirigé la Porsche Owners Driving School et la Porsche Driving Experience. Il a relaté ses expériences dans deux livres : "The Porsche High Performance Driving Handbook" et "Reflections on a Golden Era in Motorsport". Même à un âge avancé, Elford se réjouissait de pouvoir conduire une 911 comme en 2017 lors du Tour de Corse Historique ou de parcourir encore une fois les épreuves spéciales de Monte-Carlo avec d'autres héros Porsche comme Herbert Linge, Gérard Larrousse et Jean-Pierre Nicolas lors d'une course nostalgique en 2018.

Mais tout au long de sa vie, ce pilote intelligent au large sourire a aussi été un ami particulier des Français et de leur mode de vie. "La France est sans doute le seul pays - avec les États-Unis - à offrir une telle diversité de géographie, de topographie, de climat et de conditions météorologiques pour chaque type de rallye", s'enthousiasmait-il. "A cela s'ajoute la culture de l'accueil en Savoie, dans les Alpes, dans les Pyrénées - toute la 'Camaraderie Française' qui n'existe nulle part ailleurs dans le monde".

Vic Elford laisse derrière lui son épouse française Anita et une immense communauté de fans.


Les moments forts de sa carrière de pilote
1967 : Champion d'Europe des rallyes sur Porsche 911 S
1967 : Première course au Mans sur Porsche 906K Carrera 6, victoire de classe et 7e place au classement général.
1967 : Vainqueur de la première course de rallycross de l'histoire sur Porsche 911 R
1968 : Vainqueur des 1000 km du Nürburgring sur Porsche 908
1968 : Vainqueur du Rallye de Monte-Carlo sur Porsche 911 T
1968 : Vainqueur de la Targa Florio sur Porsche 907 KH
1968 : Vainqueur des 24 heures de Daytona sur Porsche 907 KH
1968 - 1971 : 13 départs de courses de Formule 1
1969 : Vainqueur des 1000 km du Nürburgring sur Porsche 908
1970 : Vainqueur de la course des 1000 kilomètres du Nürburgring sur Porsche 908


Texte : Porsche et Stefan Fritschi
Photos : Porsche

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.