Villa d'Este

Villa d'Este 2022 - Impressions

Après nous avoir enthousiasmés l'année dernière, le Concorso d'Eleganza de Villa d'Este a été d'une qualité plutôt du genre : tiède. Mais nous sommes heureux de vous montrer quelques premières impressions.

Publié le 21.05.2022

Depuis de nombreuses années, le groupe BMW détient les droits du Concorso d'Eleganza Villa d'Este, sans doute le concours de beauté automobile le plus important d'Europe. La plupart du temps, les Allemands ont fait preuve d'une noble retenue dans leur propre présentation. Mais cette année, c'est différent, ils fêtent les 50 ans de M GmbH avec leur propre classe, ils présentent quelques voitures d'occasion de la série 7 à l'occasion de la première de la nouvelle série 7, la nouvelle M4 CSL ne peut pas manquer, et toute une série d'engins M se trouve encore une fois sur une esplanade. Dommage, en fait.

La qualité des véhicules exposés ne nous a pas vraiment fait tomber de notre piédestal. Bien sûr, une Cadillac Series 62 Sedan de 59 est une voiture raffinée qui orne tout meeting automobile américain, mais elle n'a pas sa place à Villa d'Este. Ces éternelles Mercedes 300 SL sont également ennuyeuses, d'autant plus que le roadster jaune était alors très, très jaune. Countach, magnifique voiture, mais pas pour Villa d'Este (à moins qu'il ne s'agisse du prototype qui, de manière incompréhensible, n'avait pas gagné l'année dernière). BMW 2002 turbo ?

Bien sûr, il y avait aussi quelques points forts, notre préférée était certainement la Bugatti Type 59 Sports de 1934, qui est en possession suisse :

Très belle aussi - la Maserati A6 GCS MM de 1954 :

Ensuite, comme toujours, il y avait toute une série de Ferrari raffinées, la plus belle à notre avis : Ferrari 250 GT Zagato de 1956 :

Très spéciale : Ferrari 365 P Berlinetta Special Tre Posti de 1966.

Très rapide : Ferrari 335 S de 1958.

Très méchante : Ferrari F40 LM de 1993.

De nouveau en parfait état après des années de restauration : Aston Martin Bulldog de 1979.

Belle aussi : Bristol 404 de 1953.

Et de toute façon, l'une de nos préférées : l'Alfa Romeo TZ.

Nous vous présenterons d'autres beautés. Un jour ou l'autre.

Texte/photos : Peter Ruch

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.