Roadtrip en Grande-Bretagne

Aston Martin DB11 Volante - En route pour le royaume

Le rédacteur en chef d'Ai, Peter Ruch, s'est rendu en Grande-Bretagne au volant de l'Aston Martin DB11. Vous trouverez ici un résumé des premières impressions de ce voyage. L'histoire complète suivra dans le prochain ai.

Publié le 06.03.2022

Jour 1 et jour 2

En fait, je ne devrais même pas en parler, c'est assez gênant. Avant-hier, alors que je me trouvais au port d'Amsterdam pour prendre le ferry vers Newcastle, mon passeport n'était pas là où il devait être. Il n'était même pas avec moi, ce qui était plutôt stupide pour moi qui me considère comme un habitué des voyages. Car pas de passeport, pas d'Angleterre. Abandonner ? Non, alors en route pour La Haye, hier matin à l'ambassade suisse - où l'on m'a aidé de manière non bureaucratique et très aimable. Un très grand merci ! Maintenant, avec un léger détour et 24 heures de retard : la deuxième tentative pour un petit road trip à travers l'Angleterre. Jouet : Aston Martin DB11 Volante. Objectif : vous laisser surprendre.

 

Jour 3

On n'a jamais fini d'apprendre. Par exemple : en Écosse aussi, il fait parfois beau. Ou encore : la Pale Ale écossaise provoque des éructations malignes. Le whisky, lui, ne l'est pas. Et le whisky aide énormément à survivre dans les pubs écossais. Mais surtout, j'ai pu voir aujourd'hui comment un vilain gluant se transforme en un cuir très noble. Une telle tannerie a certes un goût, mais c'est aussi très impressionnant. Un métier merveilleux. Et maintenant, je sais enfin sur quoi je suis assis dans l'Aston Martin DB11 Volante.

 

Jour 4

J'ai quitté l'Écosse, froide mais ensoleillée, au volant de ma brave et assoiffée Aston Martin DB11 Volante pour me rendre en Angleterre, un pays tout aussi froid et pluvieux. Aujourd'hui, une visite chez Morgan était au programme - la dernière fois que j'y étais, c'était il y a environ 30 ans. Une courte visite de l'usine (presque tout comme à l'époque...), une sortie plus longue avec la PlusFour (sous la pluie, ouverte). Et puis il y avait autre chose, mais ce sera dans le prochain numéro d'ai. Pendant ce temps, à Bicester - où le nouveau centre du "British Heritage" est en train de naître. Plus d'informations : bientôt.

 

Potos : Peter Ruch
Texte : Peter Ruch

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.