À travers la chaleur et les tempêtes de sable

Audi RS Q e-tron: Test d'endurance au Maroc

Peu avant la première au célèbre Rallye Dakar en janvier 2022, Audi Sport a mis son Audi RS Q e-tron à l'épreuve. Voici quelques photos et informations sur les tests effectués dans des conditions extrêmes.

Publié le 20.09.2021

Après divers essais en Allemagne et en Espagne, le Q e-tron a pris la direction du désert marocain, par monts et par vaux et dans le sable. Trois équipes de pilotes ont à nouveau été déployées : le vainqueur du record du Dakar Stéphane Peterhansel, Carlos Sainz et le Suédois Mattias Ekström se sont relayés au volant du prototype complexe.

 

L'emploi sous-estimé


Avec les pilotes, bien sûr, il y avait les copilotes, qui étaient extrêmement importants. Edouard Boulanger, Lucas Cruz et Emil Bergkvist se sont attelés à la tâche et ont soutenu les pilotes partout où ils le pouvaient. Se sentir à l'aise dans le cockpit de la voiture est extrêmement important, Andreas Roos, responsable des projets de sport automobile d'usine chez Audi Sport, déclare à ce sujet : "C'était l'un des nombreux points que nous avions dans notre cahier des charges après le test de Saragosse. Pour le test au Maroc, nous avons apporté des modifications afin que le conducteur et le copilote aient plus d'espace dans le cockpit étroit et puissent également mieux communiquer entre eux. Les réactions ont été positives".

 

Test dans des conditions extrêmes


Les conditions d'essai au Maroc étaient parfois très extrêmes et à la limite. Par moments, le thermomètre avait grimpé à plus de 40 degrés Celsius. "Les tempêtes de sable ont entravé les essais de conduite. En outre, comme prévu, de nouveaux problèmes sont apparus avec les températures élevées, qui ont provoqué des interruptions répétées des essais et qui doivent être résolus d'ici le prochain test", déclare Sven Quandt, directeur d'équipe de Q Motorsport.

 

Préparé pour les conditions les plus difficiles


"Les essais dans des conditions plus extrêmes que celles auxquelles nous nous attendons au Rallye Dakar étaient une grande préoccupation pour nous", déclare Andreas Roos. "C'est pourquoi nous sommes allés au Maroc pour tester notre concept dans les conditions les plus extrêmes. Des composants tels que le MGU, par exemple, n'ont pas été développés en interne pour être utilisés dans des températures ambiantes aussi élevées. Mais les transmissions et autres composants ont également été sollicités jusqu'à leurs limites, voire au-delà, par la chaleur. Les connaissances que nous avons acquises au Maroc sont très précieuses. Mais ils nous montrent aussi que nous avons encore beaucoup à faire avant le Rallye Dakar et que le temps presse", poursuit Roos. 

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.