Dangers
Annonce

Bentley Flying Spur Hybrid - Une glisse plus détendue

Avec la Flying Spur Hybrid, Bentley présente son deuxième modèle à moteur électrique - un pas de plus vers l'électrification. Vous pouvez lire ici comment elle se comporte.

Publié le 25.04.2022

Bentley vit du mythe de ses moteurs. Au cours des dernières années, les Britanniques ont vendu plus de douze cylindres que tous les autres constructeurs réunis. L'année dernière, près de 20 pour cent des clients de Bentley ont opté pour le moteur le plus puissant de Crewe, soit près de 3000.

 

 

Tout en douceur

Les garçons et les filles de Bentley savent que cela ne peut pas continuer ainsi.
Avec leur stratégie "Beyond100", les Britanniques veulent donc devenir leader en matière de durabilité dans le segment du luxe au cours des prochaines années. Après le Bentayga, c'est au tour de la Flying Spur d'être dotée d'une propulsion électrique supplémentaire, et d'autres modèles suivront. L'année dernière, la meilleure de l'histoire de l'entreprise, 20 pour cent des clients du Bentayga ont déjà opté pour l'hybride. En 2025, pour la première fois, un seul moteur électrique propulsera une Bentley, et d'ici 2030, tous les modèles rouleront à l'électricité. 

Pour la Flying Spur, Bentley associe désormais un six cylindres à un moteur électrique. Grâce à deux turbos, le V6 développe 416 ch, le moteur électrique 134 ch. Bentley choisit ici un concept différent de celui du Bentayga Hybrid, qui possède un V6 de 3,0 litres de cylindrée et un turbocompresseur. Avec une puissance système de 544 ch et un couple de 750 Nm, l'hybride est presque à égalité avec le V8 de 4,0 litres en termes de performances. 

En mode purement électrique, les bruits diminuent de moitié, la Bentley plane presque sans bruit sur la route. Toutefois, elle ne parcourt qu'environ 40 kilomètres, après quoi la batterie doit être rebranchée. Bentley justifie cette faible autonomie par le comportement d'utilisation de ses clients, qui découle du Bentayga Hybrid. Selon eux, les propriétaires ne parcourent qu'une vingtaine de kilomètres par jour, dont 90 pour cent en mode purement électrique. La petite batterie de 14,1 kWh et 380 volts se recharge en 2,5 heures. Lorsque le moteur à combustion est activé, la Flying Spur peut parcourir jusqu'à 730 kilomètres avec un réservoir de 80 litres. 

 

Un raffinement discret

Après le démarrage, la Flying Spur démarre électriquement en mode hybride, puis active automatiquement et discrètement le moteur à combustion en cas de forte accélération ou de vitesse élevée. Il faut regarder le compte-tours pour voir le changement - il n'est pas perceptible lors d'une conduite détendue. Ce n'est qu'en conduite sportive que le V6 se manifeste sous le capot par un léger ronronnement et des vibrations, en expulsant de l'air à fond et en sifflant lorsque la soupape Wastegate est ouverte. La berline de 2,5 tonnes passe de 0 à 100 km/h en 4,3 secondes, la vitesse maximale est de 285 km/h. 

Chez Bentley, la sobriété fait partie de la philosophie de l'entreprise, y compris pour l'hybride. Par rapport aux propulsions conventionnelles, le nouveau modèle ne se distingue extérieurement que par le discret badge sur le côté et la trappe de chargement pour le raccordement électrique. Lorsque la porte s'ouvre, la barre de seuil explique le type de propulsion. 

Dans l'habitacle, le conducteur d'une Flying Spur n'a pas besoin de s'adapter. Le tableau de bord, les commandes et les informations sont identiques à ceux des véhicules à combustion. Seules les touches supplémentaires de la console centrale arrière permettent de commander la propulsion électrique. En mode EV, la Brite reste purement électrique, en mode Hold, elle conserve son électricité pour plus tard, comme pour les zones environnementales en ville. L'ingénieur en chef Steve Jones et son équipe ont également intégré un E-Sound spécial et très discret et ont implémenté dans le système de navigation des informations sur les bornes de recharge et les zones environnementales.


Mais pourquoi ?

Comme pour les propulsions conventionnelles, Bentley continue d'accorder une grande importance à un habitacle opulent avec beaucoup de cuir, des interrupteurs et des commandes de haute qualité ainsi qu'une finition sans faille. "Bentley doit continuer à être un produit luxueux sans compromis, quelle que soit la motorisation", explique Peter Bosch, directeur de la production. Il ne révèle pas pourquoi Bentley n'a pas adopté la propulsion V8 hybride, qui développe tout de même 680 ch, de sa sœur Porsche. Cela aurait permis aux Britanniques non seulement d'être à la pointe de la performance au sein du groupe, mais aussi de faire une véritable déclaration. Toutefois, ils se seraient alors rapprochés du V12 de 630 chevaux. 

 

Images : Bentley
Texte : Fabian Hoberg

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.