PAL-V Liberty

La voiture volante devient réalité

Le rêve de la voiture volante est ancien, mais ses inventeurs ont échoué à maintes reprises. Une solution viable et raisonnablement abordable semble maintenant se profiler à l'horizon, car le PAL-V néerlandais est sur le point de faire une percée. L'homologation routière européenne a été accordée, et l'autorisation de vol est attendue avant la fin de l'année. La première représentation suisse sera bientôt ouverte au Motorworld Kemptthal.

Publié le 03.05.2021

Le développement du PAL-V a commencé en 2007. Entre-temps, l'homologation routière européenne a été accordée, et l'homologation de vol par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) est prévue pour cette année. Le PAL-V, qui mesure quatre mètres de long, est équipé de deux moteurs Rotax de 1,4 litre (moteurs à essence à quatre cylindres) de 100 chevaux chacun. Cela ne semble pas beaucoup, mais compte tenu de son poids à vide de 664 kilogrammes seulement et de son aérodynamisme extrêmement efficace, ce véhicule à trois roues et deux places peut atteindre 100 km/h en moins de neuf secondes et une vitesse de pointe de 160 km/h. La consommation de carburant est de 7,6 l/100 km. Avec le plein de carburant, le PAL-V parcourt 1315 kilomètres - et avec des caractéristiques de conduite dignes d'une voiture de sport, comme le promettent les développeurs.

 

180 mètres de piste d'envol et 30 mètres de piste d'atterrissage suffisent.

Pour l'opération de vol, on recherche l'aérodrome sportif le plus proche. Pour ce faire, la voiture volante est soulevée de 35 centimètres, les pales du rotor et l'hélice sont dépliées, et c'est parti. Le poids maximal au décollage est de 910 kilogrammes, la piste doit être longue d'au moins 180 mètres, et 30 mètres suffisent pour l'atterrissage. L'autonomie de vol est de 400 à 500 kilomètres, la consommation par heure de vol est de 26 litres, la vitesse de vol maximale est de 180 km/h. Le moteur à essence entraîne l'hélice arrière. Le moteur à essence entraîne l'hélice de queue, le rotor est déplacé par le courant d'air, comme dans l'autogire. Même en cas de panne totale des deux moteurs, le PAL-V continue de naviguer et peut être posé de manière contrôlée.


Vous avez besoin d'un permis de conduire, d'un PPL (Private Pilot License) et d'une formation.

En plus d'un permis de conduire voiture et d'une licence de pilote PPL, le pilote doit suivre une formation supplémentaire avant d'être autorisé à prendre l'air. La première édition de luxe, limitée à 90 unités, devrait coûter environ 500 000 francs suisses chacune, la deuxième série, plus sportive et illimitée, environ 300 000 francs suisses.

Entre-temps, la première succursale suisse de la société néerlandaise a ouvert ses portes au Motorworld Kemtthal. Vous pouvez actuellement visualiser un modèle et obtenir des informations complètes. En juillet 2021, le prototype devrait alors également arriver dans la vallée, qui sera bien sûr remplacé dès que possible par un modèle de série pouvant rouler sur la route et s'envoler sur l'un des aérodromes environnants. Nous espérons être en mesure de fournir un premier rapport de conduite ou de vol en 2022.

Texte: Stefan Fritschi
Images: PAL-V

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.