Classique

Les Bentley Boys et le sifflet

Comment les "Bentley Boys" ont rendu la marque célèbre - et quel est le rapport avec Le Mans et les sifflets.

Publié le 30.01.2022

C'est du moins ce que dit la légende : Lorsque les "Bentley Boys" fêtaient leur victoire au manoir d'Ardenrun pendant les "heures de bureau habituelles", c'est-à-dire entre 22 heures et 6 heures du matin, la plus belle dame était invitée à une petite virée au petit matin. Cette reine de la nuit ne devait respecter qu'une seule règle : Elle devait porter un sifflet de police à la bouche. Le reste de sa tenue vestimentaire était entièrement libre. Plus elle était libre, plus elle était appréciée par les messieurs qui organisaient la fête.

Les camions les plus rapides du monde

Les "Bentley Boys", c'était une vingtaine de jeunes hommes, le visage noirci par le pétrole, le regard exalté par l'héroïsme. Ils étaient tous issus des meilleures familles, ils habitaient tous ensemble une maison à Grosvenor Square à Londres, connue aujourd'hui encore sous le nom de "Bentley Corner", ils étaient tous de bons clients chez un certain W.O. Bentley à Cricklewood - et tous ne craignaient ni la mort ni le diable. Et il le fallait bien, car ils pilotaient des véhicules que le génial Ettore Bugatti avait un jour qualifiés de "camions les plus rapides du monde".

La plupart des "Bentley Boys" ont commencé leur carrière à Brooklands. Ce circuit, situé au sud de Londres, a été le premier à être créé en 1907 uniquement pour le sport automobile. Jusqu'à la fermeture du circuit en 1939, les courses sur cet ovale de béton faisaient partie des événements sociaux les plus importants de la classe supérieure anglaise. Il fallait être présent lors d'un week-end de course à Brooklands, tout comme aux courses de chevaux à Ascot, à la régate d'aviron à Henley et au tournoi de tennis de Wimbledon. Mais alors que la plupart des produits de Brooklands, presque toujours britanniques, n'ont pas réussi à gagner un pot de fleurs sur le continent, il en a été tout autrement pour les rustiques Bentley.

Bentley au Mans

En effet, depuis 1923, il existait en France une course marathon parfaitement adaptée aux puissantes Bentley : les 24 heures du Mans. Lors de la deuxième édition, John Duff et Frank Clement se sont affrontés sur une Bentley de 3 litres inscrite à titre privé, mais préparée à Cricklewood. Ils ont d'emblée remporté la victoire face à 39 concurrents français. Ce succès inattendu a motivé W.O. Bentley, il envoya donc dans les années qui suivirent ses "Bentley Boys", si performants à Brooklands, au combat.

Mais les versions de course des "camions les plus rapides du monde" étaient encore trop sujettes aux pannes, de sorte que cette équipe d'usine Playboy ne put remonter sur la plus haute marche du podium qu'en 1927 avec J. Dudley Benjafield et Sammy Davis - après que trois des quatre Bentley inscrites eurent été mises hors course dans le même accident. L'année suivante, Woolf Barnato et Bernard Rubin ont pu fêter la victoire, et en 1929, quatre des cinq Bentley Speed Six inscrites ont franchi ensemble la ligne d'arrivée après 24 heures. Et un an plus tard, Barnato, cette fois avec Glen Kidston, a offert à Bentley sa quatrième victoire consécutive au Mans. Mais les "Bentley Boys" ont également dominé de nombreux autres circuits, si bien qu'ils ont eu de nombreuses fêtes à célébrer, si bien que de nombreuses jeunes femmes sont venues s'amuser avec le sifflet.

Bactériologues et athlètes

Ils étaient féroces, les "Bentley Boys". Sir Henry Ralph Stanley "Tim" Birkin, surnommé "le bègue" et inventeur de la légendaire Bentley à compresseur "Blower", fut l'un des vainqueurs de 1929 et gagna une deuxième fois au Mans en 1931 sur une Alfa Romeo. Il est mort à l'âge de 37 ans, après avoir contracté une infection sur un tuyau d'échappement brûlant. Le Dr J. Dudley Benjafield était un bactériologiste reconnu, Sammy Davis un journaliste renommé, George Duller détenait plusieurs records d'Angleterre en athlétisme, Glen Kidston était un pilote qui avait établi plusieurs records de vol entre Londres et Le Cap. Quant aux frères Jack et Clive Dunfee, ils gagnaient une fortune plus qu'honorable en bourse pendant leur temps libre.

Mais le plus féroce des "Bentley Boys", c'était Woolf "Babe" Barnato. Non seulement il a remporté les trois dernières victoires au Mans pour Bentley, mais "Babe" était aussi un bel enfant. Et un homme riche : son père possédait les mines de diamants de Kimberley en Afrique du Sud, l'entraînement physique de Barnato pour les longues courses comprenait des vacances en yacht en Méditerranée en été et de longues chasses en Écosse en hiver. Lorsque Woolf en avait envie, il élevait également des chevaux de course performants. Quand il ne courait pas après les jupes encore plus longues de l'époque.

Et puis : Rolls-Royce

Mais ce que "Babe" préférait, c'était la course automobile : Sa plus légendaire victoire en Bentley, il ne l'a toutefois pas remportée sur un circuit de course, mais sur la voie publique. Il avait parié avec Tim Birkin qu'il pourrait aller plus vite que le "Blue Train" de Cannes à Londres. Bien entendu, lui et sa Bentley 6 1/2 Litre très spéciale, habillée par le carrossier Gurney Nutting, y sont parvenus facilement : ils sont arrivés à Londres avec quatre heures d'avance sur le train rapide, bien que Barnato se soit installé à Paris pour un repas somptueux. À la fin des années 1920, Barnato a également tout tenté pour sauver l'œuvre de Walter Owen Bentley. Bentley était l'un des constructeurs les plus géniaux de ces années-là : il fut le premier à intégrer des pistons en aluminium dans un moteur, il construisit l'un des meilleurs moteurs d'avion pendant la Première Guerre mondiale, et il offrit une fière garantie de cinq ans sur sa première voiture personnelle, qu'il lança sur le marché en 1921.

Bentley a également connu un grand succès avec ses véhicules - mais la crise économique mondiale de 1929 lui a brisé le cou financièrement, lui qui ne construisait que des berlines de luxe et des voitures de course coûteuses. Grâce à un coup d'éclat, Rolls-Royce a pu reprendre l'entreprise de son plus grand adversaire en 1931. W.O. Bentley lui-même, qui est mort en 1971 à l'âge de 83 ans, n'a jamais pu surmonter cette défaite. Il travailla certes encore chez Rolls-Royce jusqu'en 1935, mais il répondit alors à l'appel de Lagonda, où il construisit un sensationnel douze cylindres, avec lequel il rendit la vie très difficile à la marque portant son propre nom.

Pendant longtemps, il a semblé que Bentley pouvait conserver une certaine indépendance même sous l'aile de Rolls-Royce. Au début, c'était la fabuleuse 8-Litre, l'une des premières voitures de série à dépasser les 100 miles (161 km/h), puis la 3 1/2-Litre. Jusqu'en 1955, les Bentley et les Rolls-Royce ne se distinguaient pas seulement par la forme, mais aussi, la plupart du temps, par le capot. Mais ensuite, la série S de Bentley est arrivée sur le marché, qui n'était rien d'autre qu'une Rolls-Royce Silver Cloud rebaptisée. Cela n'a guère changé dans les années qui ont suivi : une Bentley était une Rolls-Royce était une Bentley était une Rolls-Royce.

Dans le dernier numéro de l'"auto-illustré", il y a beaucoup à lire sur Bentley. Cela vaut la peine de se rendre au kiosque.

Testinhalt

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.