Ferrari du mois

Ferrari 275 GTB - le successeur

Au début des années 60, Ferrari avait définitivement épuisé les possibilités de développer encore plus la 250, il fallait lui trouver un successeur. La Ferrari 275 GTB en était le digne successeur.

Publié le 24.04.2022

L'innovation technique la plus importante de la Ferrari 275 GTB était certainement la suspension arrière indépendante, utilisée pour la première fois sur une Ferrari de route. L'essieu arrière était très avancé (ce qui n'était pas toujours le cas chez Ferrari dans ces années-là), il contenait non seulement la boîte de vitesses à 5 rapports (construction transaxle, donc : moteur à l'avant, boîte de vitesses à l'arrière), mais aussi le différentiel, ce qui entraînait une excellente répartition du poids et donc un excellent comportement routier. Le cadre (en échelle) était certes nouveau, avec un empattement de 2,4 mètres, mais il était toujours constitué, comme sur la 250, d'une combinaison compliquée de tubes ovales et rectangulaires.

Encore une fois : Colombo

Sous le capot, c'est toujours l'"ancien" V12 que Gioacchino Colombo avait construit après la Seconde Guerre mondiale, avec une cylindrée de seulement 1,5 litre à l'origine. Pour la 275, la cylindrée a été portée à 3,3 litres, d'où l'appellation 275 ; autrefois, la plupart des Ferrari portaient ce nom, la cylindrée divisée par le nombre de cylindres, mais : la cylindrée exacte était de 3286 ccm, la course restait de 58,8 millimètres, mais l'alésage passait à 77 millimètres. Il existait une version avec trois carburateurs et 280 CV, ainsi qu'une variante avec six carburateurs et au moins 320 CV. La variante la plus puissante atteignait une vitesse maximale d'environ 260 km/h.

Fin 1966, une nouvelle variante, appelée 275 GTB/4, a été lancée sur le marché, qui a ensuite été équipée de deux arbres à cames par rangée de cylindres ; il n'y avait alors plus qu'une version de 300 ch (toujours avec six carburateurs Weber - et une lubrification par carter sec d'une contenance de 16 litres d'huile). Qui atteignait alors presque 270 km/h. Les 275 GTB/4 ont également été les premières Ferrari à être équipées de jantes en aluminium de série, les premières 275 ayant encore des roues à rayons. Ce fut d'ailleurs la dernière apparition du légendaire moteur "Colombo", les moteurs "Lampredi" étant ensuite utilisés.

Des bosses dues au vent

Le design a été conçu par Pininfarina, mais la 275 a été construite par Scaglietti. Sergio Pininfarina voyait dans la 275 GTB une évolution de la 250 GTO, mais il regardait sans doute un autre modèle ; mais avec la 275 GTB, bien plus qu'avec la 275 GTS identique, il avait créé une autre légende. Les premiers exemplaires, probablement 250, avaient un nez court, qui fut remplacé dès 1965 par un avant nettement plus long, ce qui rendait la voiture nettement plus élégante.

L'extérieur était en aluminium, mais là aussi, il y avait des différences. En 1965, Ferrari avait construit quatre exemplaires sous la désignation 275 GTB/C, le "C" signifiant Competizione. Ces voitures étaient plus légères - et équipées du moteur de la Ferrari 250 LM (une voiture de course, également de 3,3 litres de cylindrée, mais d'au moins 320 chevaux - 32 exemplaires de la 250 LM ont été construits). En 1966, l'ingénieur de course de l'époque, Mauro Foghieri, a fait construire une douzaine de GTB/C supplémentaires, mais leur peau en aluminium était si fine qu'elle a dû être partiellement renforcée par de la fibre de verre (on dit que le vent de course a provoqué des bosses sur les premiers exemplaires). Comme Foghieri économisait partout ailleurs, ces 275 GTB/C pesaient fièrement 150 kilos de moins ; au moins deux d'entre elles ont été vendues comme voitures de route. Sur les circuits, les 275 n'ont remporté que des victoires de classe, et encore, pas très souvent.

Une belle série

Les différentes versions de la Ferrari 275 GTB ont été produites à un peu plus de 750 exemplaires, auxquels s'ajoutent 200 GTS, des cabriolets avec une carrosserie complètement différente de Pininfarina. Autrefois, les 275 GTB étaient quelque peu négligées par les collectionneurs, et jusqu'au tournant du millénaire, on pouvait même trouver de bons exemplaires pour une somme à six chiffres. Mais ces dernières années, les prix ont extrêmement augmenté. L'exemplaire présenté ici (numéro de châssis #06691) sera mis aux enchères le 14 mai par RM Sotheby's à Monaco, il n'y a pas encore d'estimation.

Il s'agit d'une petite série, déjà décrite : Ferrari 250 GT Cabriolet, Ferrari 250 GTO, Ferrari 166 Inter, Ferrari 500 Mondial, Ferrari 166 MM Barchetta, Ferrari 340 Mexico.

Texte: Peter Ruch
Photos: RM Sotheby's

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.