La Ferrari du mois

Ferrari 410 Sport Spider - le bétail

De cette Ferrari 410 Sport Spider, Carroll Shelby a dit : "C'était la meilleure Ferrari que j'ai jamais conduite". Cela nécessite alors une explication détaillée.

Publié le 01.07.2022

La scène américaine des courses de voitures de sport des années 50 était une époque formidable, où des équipes indépendantes pouvaient acquérir avec beaucoup d'argent d'anciennes voitures de course d'usine et concourir avec certains des pilotes les plus légendaires de l'histoire. Sans être influencée par les soucis des sponsors ou les contrôles des autorités, cette communauté de garçons très soudée risquait sa vie lors des événements organisés par la toute jeune SCCA des frères Collier, qui se déroulaient souvent sur d'anciennes pistes de l'armée de l'air américaine, mises à disposition sous les auspices de l'ancien général Curtis LeMay. Il s'agissait d'un âge d'or de la course automobile, avec certaines des machines de course les plus belles et les plus sauvages de la décennie.

Dans cette niche de sportifs, qui comptait des personnalités aussi célèbres que Briggs Cunningham, Tony Parravano, John von Neumann et Jim Kimberly, peu de propriétaires d'équipe jouissaient d'un plus grand respect que John Edgar. Né dans l'Ohio dans une famille aisée dont l'entreprise fabriquait des robots de cuisine, Edgar était un fonceur obsédé par la vitesse. Jeune homme, il conduisait une Mercer Raceabout et une Pierce-Arrow, et il a fait ses débuts dans la course de bateaux, utilisant des hors-bord à quatre cylindres sur les rivières du Midwest et les eaux intérieures de Floride au début des années 1930. Mais ce personnage unique, qui citait Shakespeare et connaissait bien Ernest Hemingway, a abandonné l'eau après un grave accident dans la baie de Biscayne à Miami, au cours duquel il s'est cassé toutes les côtes et a perdu un rein.

Après une courte période de réflexion, Edgar a repris la compétition dans un nouvel environnement, celui des courses de voitures de sport. Au départ, il était fasciné par une participation aux 500 miles d'Indianapolis, mais les affaires meurtrières ne convenaient pas à un homme qui voulait simplement s'amuser. C'est ainsi qu'en 1948, après avoir déménagé en Californie, il s'est lancé dans la course contre la montre d'El Mirage Dry Lake au volant d'une MG TC survitaminée, où il a battu Phil Hill, âgé de 21 ans. Mais la vision de l'avenir d'Edgar s'est cristallisée lorsqu'il a vu la Ferrari 166 Barchetta de Jim Kimberly déclasser sa MG Special de deux tours lors de la course de Palm Springs en mars 1951. La machine de course de Maranello était une pure beauté et une pure puissance, et Edgar savait qu'il devait en avoir une.

Peu après, son ami Henry Manney III a acheté la Ferrari portant le numéro de châssis 0032 MT, une importante 340 America précoce que la Scuderia Ferrari avait engagée aux Mille Miglia et aux 24 Heures du Mans. Edgar savait que la bête de 4,1 litres à moteur Lampredi serait trop pour son ami, et en l'espace d'un mois, la voiture lui appartenait. Avec Jack McAfee au volant, 0032 MT a commencé à remporter des victoires SCCA en 1953 et 1954 pour l'équipe Edgar en plein essor. Très vite, ce grand succès a conduit Edgar à acheter sa Ferrari suivante, la gagnante du Mans de 1954, la 375 Plus avec le numéro de châssis 0396 AM. Atteint par le virus et de plus en plus obsédé par l'idée de remporter un championnat de pilotes SCCA - ce qu'il appelait affectueusement "tout le tralala" - Edgar a acheté une Ferrari 857 Sport à quatre cylindres, portant le numéro de châssis 0588 M.

La 857 S, bien réglée et pilotée de main de maître par McAfee, a remporté la victoire à Stockton en 1956, mais auparavant, en février 1956 à Palm Springs, un Edgar frustré s'est heurté à un mur de puissance écrasante sous la forme de la Ferrari 410 Sport 4,9 litres (0592 CM) de Tony Parravano, pilotée par un ancien éleveur de poulets du Texas nommé Carroll Shelby. Ce fut le moment d'inspiration pour Edgar d'acquérir la voiture de course la plus puissante et la plus sophistiquée que Ferrari avait produite jusqu'alors, la 410 Sport. Ce n'est que dans ses rêves les plus fous qu'Edgar, bientôt surnommé "The Kingfish" par la presse spécialisée, se doutait que cette ancienne voiture d'usine, portant le numéro de châssis 0598 CM, serait bientôt pilotée par le charismatique Shelby lui-même pour l'équipe Edgar - consolidant ainsi l'héritage du Texan comme l'un des pilotes de course les plus talentueux d'Amérique.

Mais revenons en arrière : Enzo Ferrari était bien décidé à s'assurer le championnat du monde des voitures de sport de la FIA en 1955. La dernière étape était la Carrera Panamericana, une course éreintante de cinq jours à travers le désert mexicain, en route vers la frontière près d'El Paso, au Texas. Ferrari avait remporté des succès retentissants sur presque tous les circuits, à l'exception de cette même Carrera Panamericana tristement célèbre. En 1952, plusieurs Ferrari furent engagées par des pilotes privés, dont trois des dernières voitures de sport de Maranello, des Berlinettes à carrosserie Vignale, équipées du moteur de course Lampredi340. Ces voitures, appelées plus tard 340 Mexico, étaient prometteuses, Luigi Chinetti se classant troisième. Un an plus tard, les 340 MM améliorées ne pouvaient pas rivaliser avec les voitures de course D24 dominantes de Lancia, bien qu'Umberto Maglioli ait pris une avance de 10 minutes lors de la dernière étape de la course. En 1954, Maglioli a remporté la victoire au volant d'une 375 Plus dans l'équipe d'Erwin Goldschmitt. L'utilisation par John Edgar de la 375 Plus avec laquelle Gonzalez/Trintignant avaient remporté Le Mans en 1954 s'est terminée en tragédie lorsque le copilote de Jack AcAfee, Ford Robinson, est décédé dans un grave accident. Ces voitures extrêmement puissantes étaient trop sauvages pour être maîtrisées en toute sécurité, et il fallait clairement développer davantage le châssis pour garder le contrôle sur les surfaces cahoteuses et imprévisibles de la Carrera.

Pour la série de courses Carrera 1955, Ferrari a donc conçu un châssis entièrement nouveau, le type 519/C. Il était composé d'un spaceframe tubulaire surbaissé, d'une largeur inhabituelle et d'un empattement plus court, afin de compenser les irrégularités des routes mexicaines. Au lieu d'intégrer le moteur de course de 4,9 litres de la 375 Plus, Lampredi a décidé de revoir son tout nouveau V-12 à longue course, qui avait été développé pour la voiture de route Superamerica. Avec ses 4961 centimètres cubes, il s'agissait du plus gros moteur jamais construit à Maranello et, dans sa version de course, le moteur de type 126/C disposait d'un double allumage, d'un quadruple collecteur et de trois énormes carburateurs Weber 46 DCF à double papillon - et atteignait presque 400 chevaux. C'était une puissance sans précédent pour une voiture de sport Ferrari - et 40 chevaux de plus que les deux premières 410 Sport (0592 CM et 0594 CM) équipées de moteurs de type 126 et de carburateurs Weber 42DCZ/4.

Seules deux 410 Sports ont été construit selon ces spécifications pour être utilisées en course. Elles portaient les numéros de châssis 0596 CM et 0598 CM, l'abréviation CM signifiant "Carrera Messicana". Cependant, après le début du développement de la 410 Sport en 1955, la Carrera Panamericana et la course des 1000 kilomètres du Nürburgring ont toutes deux été annulées en raison de la tragédie du Mans (au cours de laquelle 83 spectateurs ont été tués et 180 autres blessés lorsqu'une Mercedes-Benz 300 SLR est sortie de la piste et s'est écrasée dans la foule). À la place, Maranello a reconstruit la 410 Sport pour participer au championnat du monde des voitures de sport en 1956. Elles ont fait leurs débuts aux 1000 km de Buenos Aires en janvier 1956, où la saison a commencé.

Les deux voitures, portant les numéros de châssis 0596 CM et 0598 CM, étaient respectivement pilotées par les équipes Peter Collins et Luigi Musso et Juan Manual Fangio et Eugenio Castellotti. Fangio avait demandé une modification spéciale pour la 0598 CM, qui déplaçait la pédale d'accélérateur de sa position normale à une position située entre la pédale de frein et l'embrayage. Après que Castellotti a eu un problème de pneu et que la voiture a dû rentrer au stand pour être réparée, Fangio a sauté dans la 0598 CM et a poursuivi Stirling Moss dans la Maserati 300S de tête. Après que Fangio ait repris la tête, le différentiel a rendu l'âme au 89e tour (28 tours après la panne de la boîte de vitesses en 0596 CM). Il y avait trop de puissance, le rythme de Fangio était trop élevé. Les deux voitures ont été renvoyées à l'usine pour être révisées et livrées plus tard en 1956 à des clients privés. L'une d'entre elles : John Edgar.

En juillet 1956, John Edgar avait attiré Carroll Shelby loin de la Scuderia Parravano. En attendant la livraison de la 0598 CM, Shelby a remporté une série de victoires pour l'équipe Edgar sur des circuits plus petits, dont la "Race to the Clouds" à Mount Washington, New Hampshire, la Laurel Run Hillclimb, la Brynfan Tyddyn et la Breakneck Hillclimb à l'extérieur de Cumberland, Maryland. Mais l'attraction principale devait arriver par avion à San Francisco en août 1956, où l'infatigable mécanicien et transporteur de l'équipe, Joe Landaker, récupérait la 410 Sport pour la transporter à l'événement Seafair de Bremerton, Washington. Lors de sa première course en 0598 CM, Shelby a tout de suite remporté le gros pot, posant ainsi les bases de nombreuses autres victoires à venir.

Les victoires de Shelby s'accompagnaient de télégrammes envoyés à John Edgar par nul autre qu'Enzo Ferrari, qui semblait s'intéresser activement au succès continu de Shelby au volant de la 0598 CM et l'a félicité à plus d'une occasion. Lors de la finale de la saison SCCA à Palm Springs début novembre, Edgar s'est présenté avec six voitures pour tenter de remporter le championnat. La 410 Sport a été surnommée par la presse "le monstre de Modena d'Edgar", et avec Shelby au volant, il ne semblait pas y avoir de course qu'il ne puisse gagner. Shelby a déclaré à un journaliste du Los Angeles Times : "Rien ne peut atteindre cette Ferrari quand elle roule". Des décennies plus tard, il ajoutait : "C'était la meilleure Ferrari que j'ai jamais conduite". Le fils d'Edgar, William, qui était aux premières loges pour assister à toute l'histoire, a écrit à de nombreuses reprises sur le sujet au cours de sa carrière de journaliste spécialisé dans le sport automobile et a résumé plus tard : "La voiture était le lien parfait avec Shelby - audacieuse, puissante, brillante dans la manière dont elle pouvait écraser la concurrence. Le voir courir était époustouflant. Non, terrifiant".

Shelby a décroché la pole position pour la course préliminaire de samedi à Palm Springs. Il s'est retrouvé face à un peloton exigeant, dont faisait partie Phil Hill sur une Ferrari 857 Sport, qui venait de terminer sa première année dans l'équipe d'usine Ferrari (qui a apporté le championnat du monde des voitures de sport de la FIA à Maranello en 1956). Après un départ arrêté à 15 heures, Bill Murphy a pris la tête de la course dans sa Kurtis équipée d'un moteur Buick, mais il a rapidement été dépassé par Shelby et Hill. Dans les virages, la 857 S agile de Hill gardait le dessus, tandis que Shelby freinait fort, et dans les lignes droites, Carroll donnait de la matière avec son moteur de 5 litres pour reprendre la tête. Ce schéma s'est répété à plusieurs reprises pendant la course, Shelby terminant en tête à la fin de chaque tour. Dans le dernier tour, les deux voitures se sont battues côte à côte, jusqu'à ce que Shelby se précipite vers la victoire avec seulement une demi-seconde d'avance sur Hill. Shelby a plaisanté plus tard en disant qu'il aurait pu à tout moment prendre une avance plus importante sur Hill avec son monstre de puissance, mais qu'il avait pris trop de plaisir à leur duel épique. Le Texan avait remporté la course, couronnant ainsi une saison au cours de laquelle il avait gagné 40 événements différents, dont 18 courses principales. Quatre mois plus tard, son sourire contagieux faisait la couverture du magazine Sports Illustrated, qui l'avait élu pilote de voiture de sport américain de l'année 1956 - sa célébrité s'était déplacée vers une plus grande scène.

Début décembre 1956, 0598 CM a été expédiée à Nassau pour la Bahamas Speed Week. Compte tenu de l'asphalte et du corail broyé de l'ancienne base aérienne de la RAF, l'équipe Edgar savait qu'elle avait besoin de gommes plus fortes et un jeu de pneus Englebert belges a été commandé pour remplacer les Pirelli standard. Shelby a commencé fort, remportant la course du vendredi du Governor's Trophy et prenant congé le samedi afin de se reposer pour l'épreuve principale de 200 miles du Nassau Trophy le lendemain. Malheureusement, une partie de football imprudente avec une noix de coco a entraîné une blessure à l'épaule droite de Carroll et, avec plus d'usure Englebert que prévu, il a lutté pour rester dans la course avec Stirling Moss, Masten Gregory et le Marquis de Portago, abandonnant finalement après des arrêts imprévus des pneus et dans une grande douleur à 70 miles de la fin.

Au début de la saison 1957, John Edgar continua à placer ses espoirs dans la Shelby 410 Sport et, bien que Carroll n'ait pas réussi à se qualifier lors d'une course pluvieuse à Pomona en janvier, il remporta deux victoires à New Smyrna Beach, en Floride, en février. C'est ainsi que s'est déroulé un duel épique lors du Gran Premio de Cuba, une course de 310 miles sur 90 tours dans les rues de La Havane et le long du Malecón sur la plage. John Edgar a filmé la course depuis le balcon de sa chambre d'hôtel et a observé comment la 410 Sport de Shelby a tenu tête à Portago et a finalement terminé deuxième, à 60 secondes de la Maserati 300S de Juan Manuel Fangio.

C'est à partir de ce moment qu'Edgar a commencé à courtiser Maserati et a finalement accepté un accord dans lequel Shelby devait piloter une 450S, l'énorme nouvelle voiture de sport V-8 de Modena. Maserati a ensuite eu des difficultés à livrer la voiture et a proposé à la place une 300S en prêt. Comme le contrat avec Maserati stipulait que Shelby ne devait en aucun cas conduire une Ferrari, Edgar se contenta d'engager Phil Hill dans la 0598 CM pour la Hawaii Speed Week en avril 1957. Hill fut le pilote le plus rapide dans le fameux "piège à radar" de la base aérienne de Dillingham, au nord d'Oahu, où il atteignit la vitesse stupéfiante de 165,12 mph. Cependant, après quelques conversations téléphoniques nocturnes avec Barbara Hutton, Edgar a accepté de laisser son fils Lance Reventlow conduire la Porsche 550 de l'équipe Edgar, tandis que la participation de Hill à la course avec la Ferrari Edgar a été inexplicablement annulée. Un mois plus tard, Hill a terminé troisième à la course de Santa Barbara, où le circuit court et sinueux a annulé les atouts de la 410 Sport sur les longues lignes droites, et peu après, Hill a quitté définitivement l'équipe Edgar pour courir au Mans pour la Scuderia Ferrari.

John Edgar avait investi près d'un demi-million de dollars dans la construction du nouveau Riverside International Raceway et, après que Shelby eut été blessé dans un accident avec l'une des Maserati Edgar, Richie Ginther dut prendre le départ au volant de la Ferrari 410 Sport lors de la première du circuit en septembre 1957. Depuis la 5e place sur la grille de départ, Ginther a dû faire face à une concurrence effrayante, notamment Chuck Daigh dans une Troutman-Barnes Special, Bob Drake dans une Ferrari 375 Plus et Pete Woods dans une Jaguar D-Type. Mais Ginther ne s'est pas laissé démonter et a pris la tête au bout de 22 tours, qu'il a consolidée au volant de la 0598 CM jusqu'à la victoire - remportant ainsi la toute première course à Riverside. Richie Ginther a également conduit la 0598 CM pendant le reste de la saison 1957, qui s'est terminée à la Bahamas Speed Week. Ginther a obtenu plusieurs deuxièmes places à Nassau et un total de quatre résultats différents dans le top 5. 

En 1958, il y eut moins d'action pour la 410 Sport, bien que les choses aient commencé de manière excitante avec le Gran Premio de Cuba. Les rebelles cubains dirigés par Fidel Castro ont causé bien des soucis au gouvernement Battista en enlevant Fangio et en manquant d'attraper Moss. Masten Gregory pilota avec brio l'Edgar 410 Sport, dépassa Stirling Moss dans une Ferrari 335S et augmenta son avance. Après qu'une Ferrari soit sortie de la piste à cause d'une trace d'huile et ait foncé dans la foule de spectateurs, la course s'est terminée avec un drapeau rouge et Gregory en première place. Persuadé d'avoir gagné la course, il a alors relâché l'accélérateur. Moss le dépassa à toute vitesse et c'est un Gregory déconcerté qui regarda avec horreur le drapeau à damier indiquer Moss comme vainqueur. Peu de temps après, Moss a expliqué à Gregory, qui avait terminé deuxième et qui était furieux, que selon les règles relatives aux drapeaux rouges, le dernier tour devait être terminé avant de déterminer le résultat de la course. Moss a réalisé que Gregory aurait gagné la course s'il n'avait pas trébuché sur cette formalité et, en vrai gentleman, il a partagé l'argent du prix avec Gregory.

Carroll Shelby a exigé une dernière course dans sa 0598 CM familière après que la Maserati 450S ait été mise hors service en raison de problèmes mécaniques avant la course principale de Palm Springs en avril 1958, rompant ainsi les termes du contrat de Maserati. De retour entre les mains de Shelby, la 410 Sport s'est honorablement comportée et a pris la deuxième place. À propos de sa période avec Edgar et la 410 Sport, Carroll Shelby a déclaré plus tard à William Edgar : "La course automobile dans les années 1950 a vraiment été l'une des meilleures périodes de ma vie. C'était une époque révolue qui ne reviendra jamais".

En octobre, Masten Gregory participa au Los Angeles Times Grand Prix à Riverside avec le jeune pilote suédois Joakim Bonnier et se classa 11e au classement général et 3e dans sa catégorie. Le chant du cygne de 0598 CM pour l'équipe Edgar eut lieu deux mois plus tard à Nassau lors de la Bahamas Speed Week 1958, où Bruce Kessler conduisit la voiture à la victoire le samedi dans la course Ferrari. Après sa brillante carrière en course, John Edgar a vendu la 0598 CM à Luigi Chinetti en 1960. La voiture est sortie de sa retraite et a été préparée pour le Daytona Continental 3 Hours 1963 pour le pilote du NART "Fireball" Roberts. Cependant, les règles avaient changé depuis la dernière fois que 0598 CM avait été sur la piste. Les règles stipulaient désormais que les voitures devaient avoir un toit fixe, ce qui nécessitait la fabrication d'un hardtop cru pour que 0598 CM puisse concourir. Après que les tours d'entraînement aient montré que le toit rigide improvisé ralentissait trop la voiture pour se qualifier, 0598 CM est retournée à la retraite et Roberts a conduit une Ferrari 250 GTO à la place.

Chinetti a conservé la 410 Sport pendant deux décennies et a finalement vendu la voiture à Howard Cohen en 1980. En 1984, la Ferrari a été vendue à Don Walker, puis en 1987, elle a été achetée par l'hôtelier Bill Marriott et vendue un an plus tard au collectionneur suisse Engelbert Stieger de la Turning Wheel Collection. Même après son acquisition par Chris Cox, un éminent collectionneur de Ferrari, en 2005, qui a conduit la 0598 CM au Goodwood Festival of Speed 2005, la 410 Sport a continué à se produire dans des événements de premier ordre. En janvier 2006, la Ferrari de Chris Cox a été rachetée par son propriétaire actuel - les 19 et 20 août, la Ferrari sera vendue aux enchères par RM Sotheby's à Monterey. Il n'y a pas encore d'estimation de prix, mais il s'agira en tout cas d'un montant à deux chiffres en millions.

Texte : RM Sotheby's/pru., photos : RM Sotheby's. Il s'agit d'une petite série, déjà décrite : Ferrari 250 GT Cabriolet, Ferrari 250 GTO, Ferrari 166 Inter, Ferrari 500 Mondial, Ferrari 166 MM Barchetta, Ferrari 340 Mexico, Ferrari 275 GTB, Ferrari 275 GTS, Ferrari 333 SP.

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.