Ferrari du mois

Ferrari 500 Mondial - la petite voiture

Quand on pense à Ferrari, on pense : 12 cylindres. Mais la Ferrari 500 Mondial était différente, elle n'en avait que quatre. Mais elle était quand même magnifique.

Publié le 02.12.2021

Autrefois, ce qui n'est malheureusement plus le cas aujourd'hui, il était courant que le nom d'une Ferrari exprime le contenu (arrondi) d'un seul cylindre. Les tout premiers modèles Ferrari s'appelaient 125, et comme il s'agissait d'un moteur à douze cylindres, la cylindrée était donc de 1,5 litre ; pour la 166, elle était donc de 2 litres. A partir de 1952, il y eut un modèle appelé 500, et s'il s'était agi d'un douze cylindres, la cylindrée aurait alors été de 6 litres. Mais la Ferrari 500 est un moteur de deux litres, et si l'on fait le calcul, on arrive à quatre cylindres.

Les premiers moteurs de Ferrari ont été conçus par l'ancien ingénieur d'Alfa, Gioacchino Colombo. Mais Enzo Ferrari, doté d'un excellent flair pour les talents, avait embauché le jeune Aurelio Lampredi au début des années 50. Avec le fils de Ferrari, Dino, il a eu l'idée qu'un quatre cylindres, avec moins de pièces mobiles qu'un V12, devait être beaucoup plus fiable. Et qu'il consommerait en outre moins d'essence.

Ferrari - les premiers champions du monde

En effet, la toute jeune Formule 1, introduite en 1950 seulement, a reçu un nouveau règlement pour la saison 1952. Les fonctionnaires ont fait preuve d'une certaine simplicité en reprenant simplement le règlement de la Formule 2. La cylindrée maximale y était de 2 litres - et le nouveau moteur Lampredi s'est avéré être d'emblée le meilleur. Alberto Ascari est devenu facilement champion du monde en 1952 sur une Ferrari 500, et il a pu doubler la mise en 1953.

En 1953, Ferrari construisit avec la nouvelle 500 Mondial - elle aurait été appelée ainsi parce qu'Ascari avait été champion du monde, campione mondiale - également une machine avec laquelle des pilotes privés pouvaient s'assurer des victoires dans la catégorie des voitures de sport de 2 litres. Au total, 31 Mondial ont vu le jour à partir de 1953, en deux séries.

Ferrari 500 Mondial - légère et agile

La Ferrari 500 Mondial est une sorte de "petite voiture", une machine très agile (l'empattement est d'à peine 2,25 mètres), elle est très légère (moins de 900 kilos, les versions de course les plus chaudes ne pesaient même, dit-on, que 725 kilos).

Le moteur de 2 litres (1984 cm3 exactement) développe environ 170 ch (à 7000 tr/min, une valeur sensationnelle à l'époque, notamment grâce au taux de compression élevé de 9,2:1). Le quatre cylindres est alimenté par deux carburateurs 45 DCO/A3 ou 40 DCO/A3 Weber, et la puissance est transmise par une boîte de vitesses à cinq rapports. Avec le rapport le plus long, les 500 Mondial pouvaient atteindre 250 km/h.

Plus de Ferrari du mois ?

Nous présentons ici une Ferrari 500 Mondial de la première série avec carrosserie Scaglietti (advon en a produit 17 au total). On ne sait pas grand-chose de son histoire. Mais elle a certainement été utilisée lors du Grand Prix d'Éthiopie en 1955. Elle est maintenant en vente chez Tom Hartley ; ce n'est certainement pas une bonne affaire.

En attendant, nous avons bien sûr quelques "Ferrari du mois" :  Ferrari 250 GT Cabriolet, Ferrari 250 GTO, Ferrari 166 Inter Vignale.

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.