Courant noble

Genesis GV60 - un modèle jaune fluo qui fait du bien aux mains

C'est la première voiture entièrement électrique du jeune constructeur coréen : la Genesis GV60. Alors que son extérieur fait sensation, l'intérieur ressemble à une oasis de calme.

Publié le 16.02.2022

Dans la rue, il ne devrait pas se faire remarquer de manière aussi criarde, à moins que la "Sao Paulo Lime" ne brille, fraîchement lavée, sous le soleil direct de l'été. Mais dans l'atmosphère parfaitement éclairée du studio, il a l'air - pour le dire élégamment - très sûr de lui. Il faut avoir la confiance en soi correspondante pour faire peindre sa voiture en jaune surligneur.

Pour le reste, il n'y a pas grand-chose à critiquer sur la forme de la nouvelle Genesis GV60. Sur la plateforme E-GMP du grand groupe Hyundai-Kia, elle forme désormais un trio avec la Ioniq 5 et l'EV6, ce qui lui permet d'interpréter le même thème de manière totalement différente. Alors que la Hyundai mime le pragmatique anguleux au flair néo-rétro, la Kia EV6 joue clairement la carte du dynamisme. La Genesis n'opte pas ici pour une voie médiane, mais représente une sorte de powercruiser raffiné.

Avec ses 4,52 m de long, ce modèle de crossover électrique est étonnamment court, d'autant plus qu'il contraste avec l'empattement de 2,90 m, plutôt long. D'un côté, cela permet d'obtenir un design croustillant avec des porte-à-faux courts, tout en offrant beaucoup de place dans l'habitacle. De manière générale, le style du GV60 semble agréablement réduit. Certes, le masque avant est très chargé en prises d'air et en sorties d'air, et la baguette chromée en zigzag sur le montant C n'est qu'un jeu de designer trop ambitieux - mais dans l'ensemble, la petite Genesis est très agréable. Les feux à deux lignes à l'avant et à l'arrière sont désormais clairement identifiables comme étant l'identité de la marque et la calandre, qui a été réduite à une taille raisonnable pour la première fois chez les nobles coréens, montre le chemin vers l'argent familial stylisé. Les revêtements contrastés des passages de roue et des bas de caisse ainsi que les imposantes jantes en alliage léger de 21 pouces sont dus au modèle haut de gamme, tout comme le gigantesque système de freinage, composé d'étriers fixes à quatre pistons et de disques de frein flottants de construction légère. Un détail qui ne révèle pas seulement la puissance du moteur de la Genesis GV60, mais qui renforce aussi sa propre prétention à être aussi sportive.

Le modèle performance de la GV60, équipé de deux moteurs électriques de 180 kilowatts par essieu et d'une transmission intégrale, peut même fournir 40 kW supplémentaires en mode boost. En ancienne monnaie, cela représente 490 ch et 700 Nm. La petite Genesis passe ainsi de 0 à 100 km/h en 4,0 secondes et atteint 235 km/h en vitesse de pointe. En ce qui concerne la batterie, les deux frères conservent leur pack 800V bien connu, mais la Genesis GV60 ne propose que le grand pack de 77 kWh, ce qui assure une autonomie de 368 kilomètres au modèle haut de gamme. L'autonomie maximale est de 451 km, dans la variante RWD standard avec moteur arrière et 168 kW. Si l'on a besoin au moins d'une traction intégrale, il faut opter pour l'AWD, qui atteint 234 kW dans le système et 400 km. Mais soyons honnêtes : il peut s'agir du modèle haut de gamme. Car le GV60 a encore son plus grand atout dans sa manche.

L'intérieur. Dans la catégorie des compactes électriques, très sensible au prix, on a déjà subi quelques chocs en matière de choix des matériaux, de toucher et de finition. Et pas seulement de la part de start-ups californiennes, mais aussi de la part de constructeurs de masse bien établis, qui doivent calculer avec un crayon très pointu compte tenu des coûts faramineux des batteries. Genesis emprunte ici une autre voie et transfère l'opulence des grands modèles des années 80 directement dans la petite voiture électrique.

Un cuir doux comme un gant, d'un bleu noble, parsemé de plumes jaune fluo et d'un contraste identique, qui ressortent discrètement derrière les perforations d'aération des sièges. Et le cuir n'est pas seulement présent sur les sièges, il recouvre également les contre-portes et le tableau de bord. Le ciel de pavillon est tapissé de microfibres ressemblant à du daim, dont le toucher est à la hauteur de la classe de luxe.

À côté de cela, l'unité de sélection des vitesses déguisée en boule de cristal ressemble presque à un gadget surfait dans un monde de luxe ancien et d'artisanat parfait. Mais le cockpit en verre sur toute la longueur s'inscrit également dans ce mélange de tradition et de modernité - l'étendue des fonctions est également connue de la Ioniq 5 et de l'EV6. Ce que l'on ne connaît pas, en revanche, c'est le système sonore de Bang&Olufsen. Jusqu'à présent, l'installation de haut-parleurs de la marque scandinave haut de gamme n'était disponible qu'au prix d'un supplément de prix conséquent dans le monde de l'automobile, mais dans la Genesis GV60, ils jouent désormais en toute liberté et avec la qualité habituelle. Il va sans dire que les grilles des haut-parleurs sont également un point fort visuel.

Et ce sont des détails comme ceux-ci qui font du GV60 un point fort, même dans le studio photo. Ses qualités automobiles peuvent être directement déduites des talents connus de la plateforme E-GMP, mais elle met nettement plus de charbon dans les "soft skills" par rapport à ses frères.

Car dans une voiture électrique, ce sont d'autres choses qui comptent. Le confort est la priorité absolue. Et dans ce domaine, la Genesis GV60 est vraiment très performante. Bien qu'elle soit la plus petite voiture du portefeuille du constructeur coréen. Un début prometteur dans l'ère électrique. D'ailleurs, Genesis n'a pas encore communiqué son prix. Nous estimons toutefois le modèle haut de gamme à près de CHF 70'000. Ce qui, au vu de ce qui est proposé, constitue une véritable offre spéciale.

Texte : Rédaction ai-Online/DF/FM
Des images : Roman Rätzke/Genesis

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Annonce