Classique

Hispano-Suiza H6C - la voiture de course en bois de tulipe

Il n'est pas étonnant que cette Hispano-Suiza H6C n'existe qu'une seule fois - sa carrosserie est en bois de tulipe.

Publié le 20.06.2022

Bien entendu, le bois était autrefois très apprécié des carrossiers, la plupart d'entre eux venant de la construction de calèches et ne connaissant rien d'autre. Même les premières automobiles étaient souvent équipées d'une carrosserie en bois, mais au plus tard dans les années 20, ce fut la fin, car le bois présentait quelques inconvénients majeurs. Il pourrissait rapidement s'il n'était pas traité correctement. Et il grinçait et se brisait dans les joints si l'on roulait trop vite sur des routes qui n'étaient pas encore très bonnes à l'époque - un problème qui n'existait pas pour les calèches.

Le fait qu'André Dubonnet, héritier et administrateur d'un grand empire français de l'eau-de-vie, ait tout de même eu l'idée saugrenue de faire habiller de bois une Hispano-Suiza H6C 1924 n'était pas dû à une consommation excessive d'alcool, mais à ses ambitions de gagner de grandes courses. Même si on ne le croit pas au premier abord, la carrosserie en bois de tulipier commandée par Dubonnet au constructeur d'avions français Nieuport était extrêmement légère.

Un tulipier ? Non, il ne s'agit pas d'une tulipe particulièrement grande, mais vraiment d'un arbre répandu en Amérique du Nord et pouvant atteindre 40 mètres de haut. Son bois, que l'on appelle aussi volontiers bois de rose en allemand, est léger, très léger, ce que les constructeurs d'avions de Nieuport savaient bien sûr, car c'est aussi de cela qu'il s'agit dans l'aviation. Nieuport s'était rendu célèbre pendant la Première Guerre mondiale avec les modèles 11 et 17, qui faisaient alors partie des meilleurs avions de chasse.

Hispano-Suiza, cofondé en 1902 par le Suisse Marc Birkigt, avait certes aussi de l'expérience en matière d'avions, mais il s'agit ici du H6C, c'est-à-dire de la quatrième variante du H6 construit à partir de 1919, qui était propulsé par un demi-moteur d'avion V12. Le H6C avait une cylindrée de 8 litres, capable de développer environ 170 chevaux ; cette variante était disponible avec un empattement de 3,39 et 3,69 mètres.

Nous avons donc maintenant des Hispano-Suiza H6C, Nieuport, bois de tulipe - il manque encore André Dubonnet (1897-1980). Il était fils de parents riches, pilote de chasse pendant la Première Guerre mondiale - et devint célèbre en tant que pilote automobile en 1921, car il faisait en quelque sorte partie de la légendaire équipe Duesenberg qui remporta le Grand Prix de France. Par la suite, il a surtout couru sur des Hispano-Suiza construites pour lui, a gagné la course Paris-Nice en 1923 (avec plusieurs personnes et leurs bagages à bord), puis une nouvelle fois en 1924, mais cette fois-ci seul et dans son Hispano "Tulipier". Avec cette dernière, Dubonnet a également participé à la Targa Florio, où il s'est classé sixième dans sa catégorie.

Après avoir été exposée pendant de nombreuses années dans la collection Blackhawk, la plus célèbre des Hispano-Suiza sera vendue au marteau chez RM Sotheby's les 19 et 20 août à Monterey. Ce qui, dans ce cas, ne doit pas être pris au pied de la lettre ; il n'y a pas encore d'estimation.

Texte : pru.; Photos : RM Sotheby's

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.