Test rapide

Opel Astra Sports Tourer Hybrid - la nouvelle ère

Rares sont les constructeurs à s'être vu imposer aussi souvent un nouveau départ qu'Opel. Le nouveau modèle était toujours le sauveur, mais dans la pratique, il ne suffisait pas. Mais le rachat par PSA semble maintenant porter ses fruits, car la nouvelle Opel Astra Sports Tourer convainc surtout en tant qu'hybride au premier contact. Un test rapide.

Publié le 08.07.2022

Shortcut :

Pour :

- Style moderne
- Intérieur très réussi avec une utilisation simple
- Réglage fin du châssis et bon confort d'entraînement

Contre :

- Niveau de prix élevé pour les équipements haut de gamme
- Choix de moteurs restreint
- Matériaux parfois simples

Non seulement ils l'annoncent fièrement comme le début d'une nouvelle ère, mais ils disent aussi qu'elle "parle d'elle-même" et n'a pas besoin de grands discours. La nouvelle Opel Astra Sports Tourer est-elle vraiment le grand coup, le coup de grâce, LA voiture qui remettra enfin la marque de Rüsselsheim sur la voie de la réussite ?

Si l'on en croit le lieu de présentation, cela pourrait bien marcher. C'est avec fierté que les Opeliens présentent le nouveau break au siège de Rüsselsheim. C'est ici que le Sports Tourer a été développé et qu'il est fabriqué, dans une usine entièrement modernisée qui peut également produire d'autres produits du groupe Stellantis. En ligne, on trouve non seulement les nouveaux breaks Astra, mais aussi tous les modèles de caravanes, de la Kadett A à la dernière Astra ST. L'équipe de développement est convaincue d'avoir mis sur pied quelque chose de vraiment spécial avec la nouvelle génération.

Design : une rigueur presque nordique pour une présence impressionnante

La confiance en soi se reflète également dans le nouveau langage de design. Après le Mokka, la nouvelle Opel Astra Sport Tourer arbore elle aussi le visage craquant de la marque. Il est censé rappeler de loin la première Manta, tout en indiquant la voie du futur. Rien ne semble rétro, au contraire, la ST convainc par des lignes croquantes et musclées sans fioritures gênantes.

Les ailes évasées créent une tension particulière dans la vue latérale, qui est merveilleusement reprise par les grandes jantes en alliage léger de 18 pouces. L'Opel Astra Sports Tourer a déjà une allure sportive à l'arrêt, sans en faire trop. On la verra se démarquer de la masse, ce qui n'est pas seulement dû à la teinte bleu vif de la peinture et au toit contrastant en noir.

Intérieur : exploiter au mieux la faiblesse de la concurrence

L'intérieur est encore mieux. Ceux qui choisissent les versions d'équipement les plus chères ont droit à un véritable cockpit en verre. S'y ajoutent un volant filigrane qui tient très bien en main et un concept de commande bien pensé. Toutes les fonctions importantes peuvent être commandées directement en appuyant sur un bouton.

Même les interrupteurs convainquent par leur haptique fine et s'intègrent dans l'image globale discrètement claire. Opel met ici le doigt dans la bonne plaie, car la génération actuelle de la Golf a échoué dans cette discipline. Bien sûr, il a fallu faire des économies sur la Rüsselsheim, par exemple sur les panneaux de porte, mais cela ne dérange pas outre mesure.

L'espace disponible est nettement plus important pour un break de la catégorie compacte. Et là, l'Opel Astra Sports Tourer ne laisse rien passer. Si la liberté de mouvement est de toute façon bonne à la première rangée, la Rüsselsheimer en fait encore plus à l'arrière. L'empattement allongé par rapport à la cinq portes offre nettement plus d'espace au deuxième rang.

Le volume du coffre est lui aussi plus que suffisant, avec 1'600 litres selon la version. Et il y a aussi de la place pour des détails intelligents : le triangle de signalisation et le kit de dépannage sont également accessibles depuis la banquette arrière. Ainsi, en cas de panne sur la route des vacances, il n'est pas nécessaire de décharger tous les bagages. Des caractéristiques de confort comme celles-ci montrent que la nouvelle Astra a fait l'objet de nombreuses réflexions chez Opel.

Technique : un système modulaire connu avec des réglages individuels

Les solutions de détail montrent aussi à quel point une plate-forme peut être variable. En effet, l'Opel Astra Sports Tourer repose sur une base technique commune avec la Peugeot 308 et certains modèles Citroën et DS. Mais on le reconnaît à peine, car Stellantis a accordé de nombreuses libertés à toutes les marques.

La pièce maîtresse, la chaîne cinématique, est certes identique dans tous les modèles, mais les marques ont pu reprendre les réglages respectifs. Dans le cas du modèle haut de gamme actuel, l'hybride plug-in de 180 ch, Opel a réussi à convaincre. Avec sa batterie de plus de 13 kWh, le break bleu roule facilement en mode électrique au quotidien. Lors du premier test, nous avons parcouru exactement 52 kilomètres en mode mixte.

Ensuite, le quatre cylindres turbo de 1,6 litre, associé à une boîte automatique à huit rapports, prend le relais. L'interaction entre le moteur à essence et le moteur électrique se passe bien, la combinaison est particulièrement vive lors des sprints intermédiaires. Bien que l'Astra entièrement électrique soit déjà sur le point d'être lancée, l'hybride semble être une bonne alternative.

Dynamique de conduite : une dynamique qui n'oublie jamais sa mission

En effet, une fois de plus, le profil d'exigences traditionnel est parfaitement couvert par le break compact en version hybride. La plupart des trajets, par exemple dans l'entreprise familiale, restent facilement dans la portée de sa batterie compacte. Il n'a donc pas besoin de dépenser des ressources importantes pour rien. En vacances, il conserve son confort éprouvé sur les longues distances et marque des points grâce à sa grande efficacité.

Le fait que ses 180 ch permettent de prendre des virages à toute vitesse est un effet secondaire agréable. Le châssis a été réglé par Opel avec une grande expérience. Il n'est ni trop dur, ni trop souple, pour ne pas perdre son sang-froid dans les virages rapides. Les sensations de la direction et des freins sont également agréables lorsque le rythme est un peu plus soutenu.

Confort de conduite : un compagnon de voyage raffiné grâce à une bonne propulsion hybride.

Mais la discipline de prédilection de l'Opel Astra Sports Tourer Plug-in Hybrid est la glisse. Que ce soit en ville ou sur une étape d'autoroute régulière. C'est là que le système fait valoir ses avantages de propulsion silencieuse. Opel a pris des mesures intensives pour atténuer au mieux les bruits de roulement - avec succès. L'habitacle reste très agréablement silencieux, même à des vitesses avoisinant les 120 km/h, presque comme une classe supérieure.

Le moteur électrique très puissant de 110 ch et 320 Nm contribue également à une conduite souveraine en mode électrique et hybride. La batterie pourrait certes être un peu plus grande, mais les développeurs de Rüsselsheim ont cherché le meilleur compromis possible. L'accumulateur d'énergie relativement compact assure non seulement un volume de chargement élevé, mais aussi un faible poids à vide. Avec ses 1 700 kg, l'Opel Astra Sports Tourer Hybrid n'est pas un poids lourd par rapport à la concurrence. Et cela s'avère payant non seulement en termes de confort, mais aussi de consommation.

Conclusion :

L'Opel Astra Sports Tourer, surtout en version hybride rechargeable, est une voiture polyvalente très réussie. Elle transporte l'esprit du break pratique dans un monde de design élégant et l'associe à un info-divertissement raffiné et à une propulsion innovante. Elle devrait également faciliter l'entrée de nombreux sceptiques dans le monde de l'e-mobilité. Toutefois, la somme de ces talents a un prix, en dessous de 50'000 francs, il n'y aura pas grand-chose à faire l'année prochaine.

 

Données techniques :

Modèle : Opel Astra Sports Tourer
Moteur : série de quatre cylindres, 1'598ccm
Puissance : 150ch (110kW)
Couple : 250Nm à 1'700-5'000 tr/min
Moteur électrique : entraînement électrique intégré
Puissance : 110ch (81kW)
Couple : 320Nm
Puissance du système : 180ch (132kW)
Couple du système : 360Nm
Batterie : lithium-ion
Capacité : 12,4kWh (brut)
Propulsion : traction avant, boîte automatique à huit rapports
Consommation (WLTP) : 1,2 l d'essence/100km
Consommation test : non testé
Consommation test : non testé
Accélération (0 - 100km/h) : 7,7s
Vitesse maximale : 225km/h (135km/h électrique)
Dimensions (L/L/H) : 4,64m/1,86m/1,48m
Poids : 1'717kg
Prix de base : n'est pas encore fixé

* : Données d'usine

Texte : ai Online Redaktion/DF/FM
Images : ai Online Redaktion/DF/FM/Opel

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.