Classiques

Lola T70 - une autre beauté

Avec la Lola T70, nous envoyons le prochain candidat dans la compétition pour la plus belle de toutes les voitures de course. Avez-vous d'autres suggestions ?

Publié le 21.10.2021

Eric Broadley était l'un de ces merveilleux Anglais qui ont écrit une si belle histoire de l'automobile. En 1958, il avait fondé Lola et construit de très bonnes voitures de course. Mais Lola n'a jamais eu d'argent, car tout ce qui était gagné était immédiatement investi dans le développement de nouveaux équipements.

C'est une autre raison pour laquelle la décision de construire un véhicule de course GT à moteur central en partant pratiquement de zéro était plutôt courageuse. Bien qu'il y ait déjà des Porsche, des Dinos et d'autres modèles similaires dans cette constellation de moteurs centraux au début des années 1960, Broadley avait des projets plus ambitieux que les moteurs à faible volume et donc à faible couple utilisés par Porsche et (Ferrari). Il devait y avoir au moins un V8 comme celui-ci, pensa Broadley.

Le prédécesseur de la Lola T70 : Lola Mk 6

En fait, tout a commencé avec une boîte de vitesses, le Type 37 de Colotti. Ferrari l'avait déjà utilisé pour son V12 transaxe à moteur avant. Lola avait une monocoque en aluminium, ce Colotti et un V8 de la Ford Fairlane. En plus de cela, il y avait une carrosserie en plastique dessinée par John Frayling, qui est en quelque sorte devenue le prototype de la voiture de sport à moteur central.

Le véhicule, appelé Lola Mk 6 GT, a été présenté pour la première fois en janvier 1963 à l'Olympia Racing Car Show. Toujours sans groupe motopropulseur. Puis, en juin 1963, deux exemplaires ont été engagés aux 24 heures du Mans, dont un bon, le numéro de châssis LGT-1, qui est remonté de la queue du peloton à la 9ème place après 151 tours, piloté par Dickie Attwood et David Hobbs. C'est tout, après un accident, Attwood a pris sa retraite.

Mais Attwood a déclaré plus tard que c'était un sentiment spécial d'être autorisé à conduire une voiture qui signifiait une révolution. Parce qu'alors est venu Henry Ford II. Qui a recommencé un programme de course, qui voulait acheter Ferrari, qui voulait gagner Le Mans à tout prix.

Construit avec l'argent de Ford : Lola T70

Ford a constitué sa propre équipe de développement à Slough, en Angleterre, et a été le premier à acheter la Lola Mk 6 GT. Autrement dit, la voiture qui a concouru au Mans et le prototype qui a été exposé à Londres. Et Eric Broadley l'a également acheté. 18 mois plus tard, le fondateur de Lola était déjà parti, car il préférait travailler de manière indépendante ; avec l'argent de Ford, il s'est lancé dans l'aventure de l'Indy 500 et a pu célébrer sa première et unique victoire en 1966, avec Graham Hill au volant de la Lola T90. Et Ford est passé de la Lola Mk 6 à la GT40, c'est une belle histoire, vous pouvez la lire en détail ici.

Et Broadley a connu un autre succès important grâce à l'argent de Ford : la T70. C'était une grande machine, aux 24 heures de Daytona 1969 la Lola a gagné dans les mains de Donohue/Parsons, la deuxième place est allée à l'acteur James Garner, connu par exemple de "Detective Rockford". Un succès extraordinaire, car la concurrence de Porsche, Ford et Alfa Romeo ainsi que de pilotes comme Jo Siffert, Vic Elford ou Brian Redman était forte à l'époque.

La Lola T70 est-elle la plus belle voiture de course ?

Il existait au moins trois versions du T70 (Mk II, Mk III et Mk IIIb), dont un peu plus de 100 ont été construites (d'autres sources avancent le chiffre de 88). Elle a d'abord été disponible en tant que Spyder - et John Surtees a remporté la série CanAm avec elle en 1966. Pendant longtemps, les coupés ont pu bénéficier du fait qu'ils étaient autorisés à concourir avec des moteurs de 5 litres (principalement de Ford), car plus de 25 exemplaires avaient été construits, mais à partir de 1969, la Porsche 917 a également rejoint la mêlée, et ce fut la fin de la gloire de Lola.

Mais elle est et reste belle, la Lola T70. C'est pourquoi il est également autorisé à participer à notre petit concours pour le prix de la plus belle voiture de course. Les concurrents sont pour l'instant Abarth SE 010 et Chevron B16 - nous attendons avec impatience d'autres suggestions.

Texte : Peter Ruch ; Photos : RM Sotheby's. La bonne pièce (#SL73/111) que nous présentons ici sera vendue aux enchères par RM Sotheby's le 19 novembre 2021 au Castellet.

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :


Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.