Classique

Maserati 5000 GT - le sommet

Dans le dernier numéro d'ai (3/22), on trouve quelques belles Maserati classiques. Et voici maintenant la Maserati 5000 GT.

Publié le 24.02.2022

Reza Pahlavi, ancien shah de Perse et pas forcément au-dessus de tout soupçon en matière de droits de l'homme, avait un penchant pour les voitures italiennes rapides (et les belles femmes). Il avait envie d'une Maserati 3500 GT, mais après en avoir essayé quelques exemplaires, il a eu envie du moteur de la magnifique voiture de course 450S, qui avait la force d'un ours.

Le shah a dû laisser un peu de monnaie sur place, car l'usine de Modène a immédiatement répondu à son souhait, a renforcé le châssis de la 3500 GT, a monté le méchant, méchant huit cylindres de 4,9 litres à double allumage - et la Maserati 5000 GT était prête. En fait, elle aurait dû rester un modèle unique, mais après que les médias eurent parlé de la voiture, plusieurs commandes furent passées.

À partir de 1959, Maserati a construit la 5000 GT en petite série, toujours sur commande. La voiture du shah avait une carrosserie de Touring, le projet dessiné par Carlo Bianchi Anderloni a été utilisé pour équiper deux (ou trois) autres exemplaires, qui différaient tous par de petits détails. Allemano a produit 22 exemplaires au total, Frua quatre également, puis il y a eu des pièces uniques de Michelotti, Bertone, Ghia, Monterosa et même Pininfarina (cette dernière voiture a une histoire très particulière). Sur www.radical-mag.com, on trouve une collection de presque tous les modèles.

À partir de 1960, une version un peu plus civilisée du huit cylindres a été installée (4941 cc au lieu de 4937 cc, 325 ch au lieu de 340 ch, à partir de 1961, une injection d'essence de Lucas sur demande ; la dernière 5000 GT avec carrosserie Frua avait alors le huit cylindres de 4,7 litres). Parmi les propriétaires de 5000 GT, on trouvait, outre le Shah de Perse, l'Aga Khan, Fernandino Innocenti, Gianni Agnelli, l'acteur Stuart Granger, le président mexicain de l'époque Adolfo Lopez Mateos.

Les Maserati 5000 GT étaient des engins très, très grossiers, dépassant facilement les 250 km/h - avec essieu arrière rigide et freins à disque seulement à partir de 1963. Nous présentons ici la voiture portant le numéro de châssis 103.026, de propriété suisse, lauréate du prix spécial ai lors du concours de beauté d'Ascona l'année dernière (que nous présenterons en détail). Elle porte une carrosserie d'Allemano - et malheureusement, on ne peut pas l'entendre ici. Mais à Maranello, on sursautait chaque fois qu'une 5000 GT était lancée : Ferrari n'avait rien à opposer à la Maserati.

Comme nous l'avons déjà mentionné, le dernier numéro de l'auto-illustrierte présente quelques belles Maserati, un rapport de conduite exclusif de la nouvelle MC20, une magnifique histoire sur la superbe 450S et un article sur la magnifique A6GCS/53 Berlinetta de Pininfarina.

Texte : Peter Ruch
Photos : Dario Fontana

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.