Genesis G70 Shooting Brake

Top, top et encore top

Les constructeurs asiatiques n’ont jamais eu beaucoup de chance avec leurs marques premium. La Genesis G70 Shooting Brake tente à nouveau de relever le défi. Sait-elle éviter les erreurs du passé ?

Publié le 08.03.2022

Infiniti, la marque de luxe de Nissan, n'a pas réussi. Lexus, la marque de luxe de Toyota, est elle aussi à la traîne depuis des années, du moins en Europe. Depuis six ans, le label de luxe Genesis, piloté par Hyundai, est également aux commandes. Avec des ventes d'environ 200 000 véhicules par an, elle est en tête en Corée. Les États-Unis et la Russie font également partie des principaux marchés de vente. Il est temps de s'attaquer à l'Europe.

Les Coréens se présentent donc avec confiance. Ils le doivent, car ils attendent les fournisseurs allemands haut de gamme établis sur les marchés. Fidèle à la devise : Genesis n'est pas une compétition, mais une détente, on veut offrir du temps au client. C'est ce que garantit un pack sans souci d'une durée de cinq ans, qui prend même en charge le remplacement des liquides, un interlocuteur personnel ainsi qu'un service d'enlèvement et de livraison. Les Coréens reprennent même les occasions Genesis. On a donc du souffle. Reste à voir si elle sera payante. Quoi qu'il en soit, Audi, BMW & Co. sont confrontés à une puissante tempête - et ce dans tous les domaines.


Coupe européenne

Après les berlines G70 et G80 ainsi que les SUV GV70 et GV80, la G70 Shooting Brake est le cinquième coup d'éclat des Coréens - et ce, sous la houlette du directeur du design Luc Donckerwolke, depuis l'Europe et pour l'Europe. Le break se présente avec beaucoup d'assurance et une bonne dose de luxe. Et ce, dès le prix de base de 47 600 francs. Bien sûr, l'énorme calandre ne doit pas manquer. Et à l'arrière, le spoiler de toit placé au-dessus de la vitre arrière étroite témoigne de la sportivité du Shooting Brake.

Mélange d'analogique et de numérique : les Coréens ont su donner de la clarté au cockpit.

L'intérieur est noble. Du cuir, un écran d'information de 10,25 pouces sur la console centrale et un système audio Lexicon avec 15 haut-parleurs sont indispensables. La commande est très simple. Et dans le combiné d'instruments clair et naturellement numérique, des capteurs suivent les mouvements des yeux du conducteur et affichent les informations en 3D. Il est agréable de voyager sur des sièges bien formés. Cela vaut d'ailleurs aussi pour les passagers arrière, qui ne peuvent pas se plaindre d'un manque de liberté. Derrière eux, un espace de chargement plat, d'une capacité de 465 à 1535 litres, offre un volume de rangement suffisant.

Banc de pliage : une fois les dossiers rabattus, la surface de chargement s'élève légèrement et offre un volume de rangement suffisant de 1535 litres.

 

Souveraineté tranquille

Un diesel 2,2 litres (200 ch/440 Nm) et deux moteurs à essence de 197 et 245 ch constituent la gamme de moteurs. Le moteur à essence et le deux litres plus puissant sont également disponibles avec la transmission intégrale. Cette dernière est d'ailleurs très agile. Mais seulement lorsqu'il est en marche et qu'il a surmonté son temps de latence au démarrage. Associé à la boîte automatique à 8 vitesses, il est particulièrement adapté aux longs trajets. Celui qui veut plus d'agilité peut intervenir manuellement dans les processus de changement de la boîte automatique à l'aide des palettes. Mais cela est également possible via le sélecteur de mode - quatre sont disponibles avec Eco, Comfort, Sport et Sport Plus - qui permet de passer à l'action de manière plus racée ou plus tranquille selon le mode. Le bruit artificiel du moteur n'est pas aussi agréable. Et en matière de consommation, la cinq portes de 1,8 tonne ne fait pas non plus partie des Écossais les plus économes.

Aérodynamisme : le moteur à essence de 245 ch, par ailleurs agile, ne peut pas nier une légère faiblesse au démarrage.

En revanche, le réglage du châssis convient. La suspension de la Coréenne est ferme, mais confortable. Même avec les 19 pouces montés, il roule tranquillement. Un léger tangage de l'essieu avant n'a été constaté que lors du passage sur de courtes irrégularités successives. Grâce à la direction directe, la G70 est également à l'aise sur les terrains sinueux. Elle reste longtemps neutre, avant de chercher à s'échapper vers l'extérieur du virage une fois la zone limite atteinte. Elle est dotée de freins Brembo stables et d'une multitude d'assistants. La sécurité de la G70 et de ses cousines de marque est prouvée par le fait qu'elles ont récemment décroché cinq étoiles au test EuroNCAP. Si ce n'est rien. 

Texte : Jörg Petersen
Photos : Genesis

 

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.