Made in Britain

Bentley S1 Continental - une histoire incroyable

Cette Bentley S1 Continental Drophead Coupé de Park Ward a une histoire incroyable.

Publié le 16.07.2022

C'était dans ces années où Bentley était fortement sous l'emprise de Rolls-Royce. La Bentley S1, lancée en avril 1955, était pratiquement une copie de la Rolls-Royce Silver Cloud I, seule la calandre était différente. Sous le capot, les deux véhicules étaient équipés d'un six cylindres en ligne de 4,9 litres qui développait environ 155 chevaux. En automne 1955, Bentley a lancé la série Continental, qui n'existait que sous forme de châssis prêt à rouler.

Sur le châssis en acier, seul l'empattement a été rallongé de 80 millimètres pour atteindre 3125 millimètres. Le taux de compression du moteur a été augmenté, d'abord à 7,5:1, puis à 8,0:1, il y avait un nouveau système d'échappement et par conséquent une puissance d'environ 180 ch ; la boîte de vitesses était automatique à quatre rapports, comme sur le modèle de base. Chez Rolls-Royce, il n'y avait rien de semblable à la S1 Continental.

Les clients étaient eux-mêmes responsables de la carrosserie. Mais comme pour son prédécesseur, la R-Type Continental, la plupart des carrosseries provenaient de H.J. Mulliner, 218 pièces sur un total de 431 S1 Continental construites, principalement les soi-disant Sports Saloon. Mais James Young, Hooper ont également agi en tant que fournisseurs, une de ces Bentley a été transformée en cabriolet à quatre places chez Hermann Graber à Wichtrach.

Mais il s'agit ici de Park Ward. Le designer en chef de Rolls-Royce de l'époque, John Blachley, avait conçu pour le carrossier appartenant à Rolls-Royce (sic !) un joli coupé deux portes, dont 39 exemplaires ont probablement été produits sur la base de la S1 Continental. Le Drophead Coupé (terme anglais pour désigner un cabriolet) en a été dérivé, probablement en 86 exemplaires. Ils font aujourd'hui partie des Bentley les plus recherchées.

La voiture que nous voyons ici porte le numéro de châssis BC25 LDJ, était peinte en argent métallique d'origine (avec un intérieur bleu) et a été livrée le 3 avril 1958 au prince héritier d'Iran, Abd ul-Ilah du Hedjaz. Il n'a pas eu ce plaisir pendant longtemps : Le 14 juillet 1958, toute la famille royale hashimite a été assassinée lors d'un coup d'État militaire. D'une manière ou d'une autre, le véhicule est ensuite arrivé entre les mains de l'homme d'affaires irakien Omar al-Janabi. Celui-ci a d'abord peint la Bentley en blanc pour le mariage de son fils. Puis, dans les années 90, il l'a mise à disposition pour le tournage du film "King Ghazi of Iraq".

Il aurait mieux fait de ne pas le faire, car c'est ainsi que la Bentley a attiré l'attention du dictateur irakien Saddam Hussein. Il a envoyé ses sbires chez Janabi, qui lui ont demandé poliment s'il ne voulait pas peut-être offrir le cabriolet au souverain. Janabi ne voulait pas, mais il dut vite se rendre compte qu'il pourrait très bien payer sa résistance de sa vie. C'est ainsi que la S1 a rejoint la remarquable collection de voitures de Saddam. Elle a été repeinte en bleu/bleu avec de l'argent.

Après la chute du dictateur, Janabi s'est précipité dans le palais où il pensait trouver son véhicule. Mais il est arrivé un peu trop tard : la foule en colère avait déjà saccagé la voiture assez violemment avant que son propriétaire légitime ne l'emporte. En 2015, il l'a ensuite vendue au collectionneur canadien Steve Maman, qui a fait restaurer le véhicule à la perfection au cours des dernières années. Il la met maintenant aux enchères par l'intermédiaire de RM Sotheby's à la mi-août à Monterey. Il n'y a pas encore d'estimation de prix.

Texte : pru., Photos : RM Sotheby's - nous avons encore d'autres belles histoires dans notre petite série "Made in Britain", comme le Jensen C-V8 Convertible, l'Aston Martin DB4 GT Zagato, l'Aston Martin V8 Vantage Zagato, l'AC Ace/Aceca et la TVR Grantura.

<< Retour à l'aperçu

Poursuivez votre lecture :



Les abonnés de l'ai ont droit à l'accès illimité à tous nos contenus numériques. Veuillez vous connecter avec votre compte. Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez en créer un ICI gratuitement. Votre numéro de client et d'abonnement personnel se trouve sur la facture d'abonnement et sur l'emballage de votre magazine.